Partagez | 
 

 Quitte ou double [PV Jess]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Race : Vampire, Level B
Couleur : Chocolate
Avatar : Vincent Nightray de Pandora Hearts
Date d'inscription : 27/01/2012
Nombre de messages : 145
Emploi/loisirs : Peintre / Pianiste
Yens : 226
avatar
Squatte le Balcon
MessageSujet: Quitte ou double [PV Jess]   Ven 4 Aoû 2017 - 22:15

« Je préférais juste que tu cesses constamment d'humilier toute notre famille, Sachio. »

« Oh, ça suffit, je sais me tenir un tant soit peu ! Je n'ai pas besoin d'un chaperon ! Qui plus est, d'autres grands noms participeront à cet événement, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, donc ravale un peu ta fierté, garde tes conseils pour toi et sors de mon bureau. »

Il aurait été préférable de ne pas montrer ma colère. Ce n'était qu'un argument de plus contre moi. Mais comment ne pas être énervé ?! Ils étaient doués pour me jeter la pierre, mais avaient-ils proposé de meilleures solutions ? Ah, ça non, hein ! Et puis, j'étais certainement celui qui y perdait le plus, dans toute cette affaire. Un juste retour des choses, sans doute. J'avais déterré les secrets de notre famille, en plus d'avoir participé à sa déchéance. Et on n'en attendrait pas moins du fils aîné, encore moins du chef de cette famille... C'était aussi cela, vivre dans les traditions.

Une vente aux enchères ... Avait-on franchement déjà vu un événement plus ridicule dans notre société ? Mais l'éternité comporte son lot d'ennui. Sans doute était-ce ce qui motivait l'événement ; la curiosité, pour voir quel types d'objets mystérieux pouvaient posséder les autres familles, bien qu'il était peu probable que quiconque sorte leurs trésors mystiques juste pour épater la galerie. Enfin, selon le succès de la soirée, peut-être serait-ce un type d'événement plus courant, va savoir. Je m'intéressais peu à ces jeux de pouvoir, lorsque je pouvais l'éviter à tout le moins... Et cette fois, mes mains étaient liées, pour une raison peut-être stupide, si on en jugeait mes frères, mais cela avait de l'importance à mes yeux.

Je n'avais pas réalisé jusqu'où pouvait bien aller toute cette histoire de chantage dans laquelle trempait une partie notre histoire avant de remettre en ordre tous les papiers que père avait laissé derrière lui. J'avais tardé à le faire, puisque c'était en quelque sorte tourner la page, un deuil à accepter, mais il fallait que j'apprenne tant de choses pour reprendre en main les affaires familiales et éviter que les mêmes erreurs soient commises à l'avenir. Pour faire une histoire courte, nous n'étions pas exactement ruinés, mais ce qu'il restait de notre fortune dilapidée était constituée en grande partie d'argent sale. C'était du moins mes soupçons, n'ayant personne pour le confirmer, mais les chiffres ne trompent pas. Bon sang. Dans quoi avait-il trempé exactement, pour le seul but de nous maintenir à flots, dans le style de vie que nous avions toujours connu ? Quoi qu'il en soit, il ne me semblait pas convenable de me servir de cette somme pour débuter ma vie de couple. Si je voulais devenir un homme meilleur ... Il fallait bien commencer quelque part, non ? De toute façon, il aurait été plutôt mal vu de refuser une invitation pareille, alors que je participais déjà bien peu à la vie de grandeur de notre société, et en tant qu'aristocrate, on attendait certaines choses de moi. J'avais vu le revers de la médaille et cela ne m'inspirait souvent que du dégoût, mais aussi bien joindre l'utile à l'agréable, dans la mesure du possible. Cela passerait plus inaperçu, et calmerait les inquiétudes de mon frère. Peut-être saurais-je également glaner quelques informations utiles, si j'agissais un peu moins en hermite. On ne sait jamais.

Un autre point m'empêchait de me retirer de mes obligations. Cette requête un peu étrange du tuteur légal de Jess, ou du moins qui prétendait l'être. Difficile à dire lorsque je ne pouvais me fier qu'à sa lettre. Je n'avais pourtant pas parlé de toute cette histoire à ma fiancée. Je l'ennuyais déjà bien suffisamment avec mes problèmes et autres tracas quotidiens. Sans doute avait-il vu mon nom sur le feuillet d'invitation, c'était un événement public et assez huppé après tout – assez pour qu'on y prête une salle du musée – et il aurait alors décidé qu'un terrain neutre était l'idéal pour rencontrer le fiancé de sa pupille. Enfin. Je verrais bien à qui j'avais affaire en temps et lieu. Si cela ressemblait à une arnaque pour tenter de m'escroquer de l'argent ou pour m'humilier en public, j'aurais tôt fait de le remballer. J'avais promis de me tenir à carreaux, après tout. Et il n'était plus question que de moi, désormais. Mes actes auraient leurs conséquences auprès de mon aimée.

« ... Le prochain article est un magnifique piano blanc classique en bois de chêne massif, une véritable pièce ancestrale qui vous est gracieusement offerte par un membre de la famille Naito. »

Mouais. Ils en faisaient un peu trop, à mon avis. Du fond de la salle, où je m'étais installé, appuyé au mur pour donner un air désintéressé, je jetai malgré tout un coup d'œil au reste de l'assistance et aux mains qui pouvaient bien se lever, ajustant presque distraitement le col de mon veston, plus nerveux que je n'aurais bien voulu l'avouer. Je préférerais tout de même que l'un de mes biens les plus précieux, hormis la montre de mon père, ne tombe pas entre les mains de n'importe quel voyou qui prétendait s'intéresser à la musique, après tout. Beaucoup de rires avaient transporté ces notes, autrefois. Tant pis pour les quelques toiles auxquelles je n'accordais vraiment que peu de valeur sentimentale qui seraient vendues plus tard. Et puis, comment ce Sir Williams se ferait-il connaître ? Comptait-il venir m'aborder à la fin de toute cette mascarade ? À moins qu'il se fasse lui-même acheteur d'un lot quelconque ...

Peut-être aurais-je dû parler à Jess, en fin de compte. Elle aurait pu m'apaiser par sa simple présence. Un soupir m'échappa, il était trop tard pour les regrets, mais, franchement, rien ne ressortait de bon de cette affaire jusqu'à maintenant, et j'avais le mauvais pressentiment que tout cela n'était que le commencement.


La perfection n'existe pas... même chez les vampires, tout n'est... qu'illusion...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quitte ou double [PV Jess]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Knights RPG :: Centre de Nakanoto :: Quartier culturel :: Musée-