Partagez | 
 

 Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Changelin Loup - Civil
Race : Changelin
Couleur : #000000
Avatar : Kazuto Kirigaya / Kirito (Sword Art Online)
Date d'inscription : 21/11/2016
Nombre de messages : 148
Emploi/loisirs : Etudiant
Yens : 47

Feuille de personnage
Pouvoirs / sorts / dons:
Objets utilisables en rp:
avatar
Changelin Loup - Civil
MessageSujet: Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)   Ven 12 Jan 2018 - 1:34



Un Monde qui nous lie et nous sépare

Feat Kisaki Kimura & Zuko Tanaka

Quelle journée ! J’avais bien crû que je n’allais pas survivre au cours de maths ! Pourtant je me retrouvais bien vivant, dans la cour de l’école, en train de m’étirer. Rester sur une chaise n’était vraiment pas mon fort. Je préférais bouger, faire du sport… Même quand je jouais à des jeux, je ne pouvais m’empêcher de bouger, taper du pied… Enfin, pas besoin de faire un dessin.

Je me retrouvais donc à la sortie du bâtiment, en train de m’étirer afin de dégourdir mon corps engourdi. Un dernier signe à mes amis pour leur souhaiter une bonne aprèm et je me mis en route pour la salle d’Arcade. Cela faisait un moment que je n’avais pas vu Daisu-nii et je comptais bien prendre ma revanche pour la dernière raclée qu’il m’avait mis. C’est donc d’un pas déterminé que je traversais la cour et franchissais la grille de l’école.

Inconnue ▬ « Tanaka Zuko-kun ? »

Surpris, je me retournai vers la demoiselle qui venait de m’interpeller. Elle était jolie, grande et mince et avait de charmants cheveux noirs et des beaux yeux dorés. Elle me regardait avec un grand sourire et attendait avec impatience que je lui réponde.

Inconnue ▬ « Tanaka Zuko-kun ? »

Elle reposa sa question de la même manière, avec un mélange d’excitation et de détermination. Silencieusement, je répondis d’un petit signe de tête qui fit se réjouir la demoiselle. Elle se mis à fouiller frénétiquement dans son sac et en sortit une enveloppe que je pris avec précaution.

La première chose que je pus remarquer, c’est la couleur de l’enveloppe. Elle était bleu clair. En regardant te plus près, je pouvais voir qu’elle était scellée avec de la cire. Un drpole de symbole y était d’ailleurs incrusté, une sorte de 4 occidental assez bizarre. En la retournant, j’aperçus le dessin d’une chouette s’envolant était encrée dans le coin supérieur droit. Elle portait sur son ventre, le même symbole bizarre. Finalement, mon regard se posa sur l’écriture manuscrite qui se trouvait au milieu de l’enveloppe.

« A l’attention de Tanaka Zuko »

Par curiosité, je voulus demander des explications à la demoiselle. Cependant, en levant les yeux, je constatais qu’elle s’était volatilisée, me laissant seul avec cette lettre. Ne sachant pas trop quoi en faire, je la rangeais soigneusement dans la poche de ma veste et je me remis en route pour l’Arcadénium.

Cependant, sur le chemin, ma curiosité n’arrêtait pas de m’ennuyer. Je ne pouvais m’empêcher de sortir la lettre pour la regarder. L’envie de l’ouvrir était forte, d’ailleurs. Mais la présence du sceau me disait qu’il valait peut-être mieux attendre que je sois chez moi. Ou au moins dans un endroit plus tranquille qu’en pleine rue. Je passais donc mon temps à la ranger et la sortir quand je me retrouvais soudainement, sans m’en être rendu compte, devant la porte de la Salle d’Arcade. Je rangeais une nouvelle fois la lettre et je poussais sur la poignée pour renter avant de chercher le propriétaire des lieux. Il n’y avait pas grand monde…

Ne voyant pas Daisu-nii, je tire un peu la tête. Il est souvent absent ces derniers temps. A cette idée, je pousse un soupir de résignation et m’avance vers l’une des bornes d’arcade. Je dépose mon sac, retire ma veste et, dans un réflexe, passe ma main dans ma poche… Shimata ! Où est-elle ? Je regarde partout, un peu paniqué. Elle devait bien ne pas être loin, je l’avais encore en rentrant !

Zuko ▬ « Ma lettre ! Où est-elle passée ? »

"Tout démarre d'une lettre"

© Etilya sur DK RPG


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Sorcier Métis - Expert
Race : Sorcière métis
Couleur : #F381C9
Avatar : Kaori Miyazono (Shigatsu wa Kimi no Uso)
Date d'inscription : 28/03/2017
Nombre de messages : 21
Emploi/loisirs : Dégommer du zombie et jouer du violon
Yens : 40
avatar
Sorcier Métis - Expert
MessageSujet: Re: Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)   Ven 23 Mar 2018 - 13:21



Un Monde qui nous lie et nous sépare

Feat Zuko Tanaka

Je n'avais pas mis de temps pour me préparer aujourd'hui, comme les jours précédents en fait. Ce qui ne me ressemblait pas du tout. Habituellement, j'étais plutôt du genre à lambiner et prendre tout mon temps, histoire d'être certaine de ne pas croiser mes grands-parents au détour d'un couloir. Se prendre des réflexions dans la figure dès le matin, ce n'était pas pour moi. J'attendais donc patiemment que mes deux ascendants quittent le domaine pour montrer le bout de mon nez. Moins je les voyais, mieux je me portais ; et cela devait certainement être réciproque. Mais voilà, les choses étaient différentes aujourd'hui. Après plusieurs semaines à squatter L'Arcadénium, Daisuke-sama me proposa de travailler pour lui, quelques heures par jour, histoire de le dépanner quand il avait besoin. Le pauvre, je l'ai presque étranglé quand je lui ai sauté au cou pour le remercier. J'étais vraiment chanceuse de pouvoir travailler dans mon endroit préféré. C'était si excitant. Du coup, il était hors de question que j'arrive en retard à cause de mes grands-parents. S'il fallait que je les croise et bien, tant pis ! Enfin... Si je pouvais quand même les éviter au maximum, ça m’arrangeais... J'avais donc décidé de me lever aux aurores, afin d'augmenter mes chances de ne pas les voir. C'est pour cette raison que je me retrouvai devant la salle, plus d'une heure avant l'ouverture. Ne voulant pas déranger Daisuke-sama, j'attendais patiemment, assise sur l'une des marches de l'entrée.

Lorsque j'entendis le clic de la porte, je me relevai aussitôt et me tournai vers mon nouveau patron, tout sourire. Le pauvre allait devoir passer pas mal de son temps avec la boule d'énergie que j'étais.

La matinée se passa tranquillement. Les clients allaient et venaient, certains plus connaisseurs que d'autres. Je prenais mon rôle de superviseuse très à cœur. Je faisais mon petit tour de salle, vérifiant le bon fonctionnement des machines au passage et surveillant les joueurs de loin. Certains pouvaient être assez brutal pendant une partie, tellement à fond dans le jeu, ce qui pouvait abîmer la borne. Étant une joueuse moi-même, je savais ce que c'était d'être emportée dans l'euphorie du moment et de ne pas faire attention . Je veillai donc au grain afin d'éviter ce genre d'accidents.

Midi était passé depuis plusieurs minutes déjà. Voyant l'heure, je retournai auprès de Daisuke-sama et lui demandai s'il voulait que j'aille lui chercher quelque chose à grignoter. Il refusa poliment, me remerciant de cette gentille attention. Apparemment, Monsieur avait un déjeuner de prévu. Un rendez-vous galant peut-être ? Je le regardai alors, les yeux pétillant. Ça y est, mon imagination était en marche. C'est alors que l'information principale fit tilt dans ma petite tête. Mais puisque le Chef s'en allait, devait-on fermer pour la pause déjeuner ? Une moue se dessina sur mon visage. Je n'avais nullement envie de passer une heure dehors. Heureusement pour moi, Daisuke-sama avait un autre plan en tête : me confier la boutique pendant son absence. Je clignai plusieurs fois des yeux et le fit répéter afin d'être sure d'avoir bien compris. Aussitôt, j'acceptai, lui assurant que j'en étais tout à fait capable. Ce n'était certes qu'une heure, voir deux maximum, mais j'étais vraiment heureuse et honorée de sa confiance. Je saurais être à la hauteur.

Excitée comme une puce, je me dépêchai d'aller me chercher un sandwich dans le fast-food d'à côté et revenais aussitôt afin de ne pas faire attendre Daisuke-sama plus longtemps. Avant de partir, il me donna quelques instructions, que j'écoutai attentivement en acquiesçant. Il me laissait une chance de lui prouver qu'il pouvait avoir confiance en moi, je n'avais pas intérêt à tout gâcher. Je pris la pause du bon petit soldat et lui souris, lui confirmant qu'il pouvait compter sur moi. Je lui fit un petit signe de la main lorsqu'il s'éloigna en direction de la sortie ; puis me retournai afin de scruter la salle des yeux.

Kisaki  ▬ Ma grande, c'est le moment de faire tes preuves.

Mais avant tout, manger ! Sandwich en main, je m'installai près de l'accueil. D'ici, j'avais l’œil sur toute la salle. Observant les alentours, je commençai à grignoter. Quelques gamins venaient passer leur pause déjeuner. Il y avait également quelques habitués et quelques curieux, sûrement là pour faire passer le temps... Prenant une nouvelle bouchée, je remarquai un jeune homme entrer. Apparemment, il semblait chercher quelque chose... Ou quelqu’un ? Je continuai à le regarder, sans pour autant stopper mon déjeuner. C'était plutôt étonnant de voir un garçon de son âge tout seul. A cette heure-ci, la plupart étaient avec leur amis, comme les trois zigotos là-bas... Qui d'ailleurs, secouent un peu trop la borne à mon goût. Je quittai le nouvel arrivant des yeux et, sans plus attendre, me levai et me dirigeai vers eux. C'est alors que je sentis quelque chose sous mon pied. Je baissai les yeux et vit une enveloppe. Curieuse, je me penchai et la ramassai. Par réflexe, je regardai autour de moi, cherchant son propriétaire ; mais des éclats de voix me ramenèrent à mon but premier. Les gamins. Sans réfléchir, je repris ma route, l'enveloppe en main, et m'avançai vers eux afin de les calmer. Gentiment bien sûr, juste leur rappeler quelques points du règlement.

Une fois les garçons rappelé à l'ordre, je retournai à ma place où le reste de mon sandwich m'attendait. Tout en mangeant, je regardai plus en détail l'enveloppe trouvé par terre. En voyant le sceau, j'avalai de travers. Je posai précipitamment la lettre sur mes genoux et attrapai ma bouteille d'eau afin de faire passer tout ça. Ce sceau... Pas d'erreur possible. Je l'avais assez étudié comme ça en cours pour ne pas le reconnaître. La Sagesse... Je relevai la tête et scrutai la salle. Qui était donc ce Zuko Tanaka ?

"Enveloppe et responsabilités"

© Etilya sur DK RPG




Spoiler:
 


Kisaki parle en #F381C9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Changelin Loup - Civil
Race : Changelin
Couleur : #000000
Avatar : Kazuto Kirigaya / Kirito (Sword Art Online)
Date d'inscription : 21/11/2016
Nombre de messages : 148
Emploi/loisirs : Etudiant
Yens : 47

Feuille de personnage
Pouvoirs / sorts / dons:
Objets utilisables en rp:
avatar
Changelin Loup - Civil
MessageSujet: Re: Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)   Ven 23 Mar 2018 - 23:04



Un Monde qui nous lie et nous sépare

Feat Kisaki Kimura & Zuko Tanaka

Dépité, je revérifiais encore mes poches pour être sûr et certain de ne pas l’avoir rangé ailleurs. Malheureusement, elle ne se trouvait ni dans ma veste, ni dans mon sac. Je commençais tout doucement à regretter de ne pas l’avoir ouverte plus tôt. Et j’aurais du la laisser dans ma poche plutôt que tout le temps la regarder. Mais quel idiot !

Toujours dans l’espoir de la retrouver, je recommence à chercher au sol. Après tout, elle peut très bien avoir volé un peu plus loin dans la salle d’Arcade. J’espère vraiment ne pas l’avoir perdu dehors. Elle serait définitivement perdue sinon. J’avance doucement, mes affaires sur le dos. Je vais même jusqu’à vérifier sous les bornes de jeu au cas où elle n’aurait pas glissé. Personne ne semble être tombé dessus non plus. Et Daisu qui n’était pas là… Pour l’instant, ce n’était pas ma journée.

N’étant plus de bonne humeur, j’hésitais fortement à partir et rentrer chez moi. Enfin, une petite partie allait peut-être me remonter le moral. Je glissais donc le donc le long des bornes de jeu sans grande envie. Je voulais trouver le jeu qui voulait me donner envie de jouer. Mais aucun ne me faisait cet effet. A la place, mon regard fut attiré par une demoiselle de mon âge, à peu près, qui avalait de grandes gorgées d’eau. Cela n’avait rien de particulier. Cependant, la demoiselle avait ma fameuse lettre sur ses genoux.

Zuko ▬ « Ma lettre ! Je la pensais perdue ! »

Sans attendre, je me précipitais vers la demoiselle pour prendre la lettre et la ranger dans un endroit où j’étais certain de ne plus la perdre : Mon sac. J’étais tellement soulagé de l’avoir retrouvé ! Bon, j’avais encore fortement envie de l’ouvrir là, maintenant, tout de suite. Mais la présence du seau me disait qu’il valait mieux attendre d’être rentré. A la place, je me retournais vers la demoiselle pour la remercier.

Zuko ▬ « Merci d’avoir retrouvé ma lettre. Je pensais l’avoir perdue pour de bon ! Je ne sais pas comment vous montrer toute ma gratitude ! »

En prononçant ses mots, je m’inclinais respectueusement. Cela faisait peut-être un peu trop, mais je tenais bien plus à cette lettre que je le pensais. C’est surtout le mystère qui tournait autour. Je ne savais pas qui me l’envoyait. Et la dame avait soudainement disparu après me l’avoir remise.

Zuko ▬ « Je m’appelle Tanaka Zuko. J’étais venu voir le gérant et faire une partie avec lui si possible mais il ne semble pas être là. »

Je me redressais alors, en affichant un léger sourire à la demoiselle.

"La lettre perdue est retrouvée"

© Etilya sur DK RPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Sorcier Métis - Expert
Race : Sorcière métis
Couleur : #F381C9
Avatar : Kaori Miyazono (Shigatsu wa Kimi no Uso)
Date d'inscription : 28/03/2017
Nombre de messages : 21
Emploi/loisirs : Dégommer du zombie et jouer du violon
Yens : 40
avatar
Sorcier Métis - Expert
MessageSujet: Re: Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)   Mar 27 Mar 2018 - 22:47



Un Monde qui nous lie et nous sépare

Feat Zuko Tanaka

Tandis que je scrutai les alentours, une voix me sortie de mon observation. Aussitôt, je tournai la tête en direction de cette phonation masculine et me retrouvai face à un jeune homme. Je clignai rapidement des yeux, tandis que le garçon attrapa la lettre posée sur mes genoux. Surprise, je me relevai précipitamment et reculai légèrement, oubliant la chaise sur laquelle j'étais assise quelques secondes plus tôt et qui manqua de me faire tomber. Heureusement pour moi, j'avais de bons réflexes -je pouvais remercier les jeux vidéos pour cela- et me rattrapai à la cabine d'accueil. Je pris quelques instants pour retrouver mes esprits, puis me redressai soudainement, me retenant de rire. A ce moment, mes pensées dérivèrent vers ma Grand-mère, qui serait outrée de me voir comme ça. « Mon Dieu, quelle posture indigne d'une Demoiselle ! Nous savons que vous être empotée mais par pité, ne le montrez pas ! » Et gnagnagna. De toute façon, cette vieille peau n'est jamais contente. D'ailleurs, elle péterait un câble si elle me voyait ici.
Je me raclai discrètement la gorge afin de reprendre contenance et observai le jeune homme. C'était donc lui, le destinataire de cette fameuse lettre ? Je l'observai pendant de longues secondes. Il n'avait rien de spécial... Mais bon comme on dit, il ne faut pas juger un live à sa couverture. Et... C'est comment déjà... Ah oui ! Se méfier de l'eau qui dort.

Kisaki  ▬ Je vous en prie, ce n'est rien. J'ai malencontreusement marché dessus et me suis permise de la ramasser. Je suis ravie qu'elle ait retrouvée son propriétaire. Cela aurait été dommage que vous la perdiez, elle semble très importante pour vous.

Dis-je en lui souriant. Il m'avait l'air d'un charmant jeune homme, mais avait-il conscience de ce qu'il venait de ranger ? Je ne le lâchai pas des yeux, essayant de comprendre ce qu'il avait de spécial. Était-il un sorcier ? Il n'y avait qu'une seule façon de la savoir.

Kisaki  ▬ Kisaki Ki...

Je me stoppai brusquement. Peut-être était-il préférable que je ne mentionne pas mon nom de famille lorsque je suis ici. Si jamais mes grands-parents apprenaient que je passe le plus clair de mon temps ici et qu'en plus, j'y travaillai, je passerai un sale quart d'heure. Je me repris donc.

Kisaki  ▬ Kisaki, enchantée.

Je profitai de ces présentation pour tenter une approche physique et tendis donc ma main dans sa direction. Ce n'était pas dans mes habitudes de faire des poignées de main, mais c'était une bonne occasion de le toucher. Ainsi, je saurai si oui ou non, ce garçon est un sorcier.

Kisaki  ▬ Vous parlez de Daisuke-sama ? Effectivement, il s'est absenté ; mais il sera de retour très vite. Je veille sur la salle en son absence.

"Curiosité"

© Etilya sur DK RPG




Spoiler:
 


Kisaki parle en #F381C9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Changelin Loup - Civil
Race : Changelin
Couleur : #000000
Avatar : Kazuto Kirigaya / Kirito (Sword Art Online)
Date d'inscription : 21/11/2016
Nombre de messages : 148
Emploi/loisirs : Etudiant
Yens : 47

Feuille de personnage
Pouvoirs / sorts / dons:
Objets utilisables en rp:
avatar
Changelin Loup - Civil
MessageSujet: Re: Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)   Mer 28 Mar 2018 - 22:01



Un Monde qui nous lie et nous sépare

Feat Kisaki Kimura & Zuko Tanaka

La réaction de la demoiselle quand j’ai pris la lettre était très… Etrange ! Clairement, j’ai dû la surprendre et lui faire peur pour reculer ainsi. Elle se rattrapa avec justesse avant de prendre quelques instants pour se redresser correctement. Elle prit alors un peu de temps pour m’observer attentivement, en silence. J’avoue que c’était un poil gênant. Finalement, c’est avec un sourire qu’elle me répondit. Ainsi, la demoiselle avait donc marché dessus sans le vouloir et l’avait ramassée. Donc, la lettre était tombée de ma poche. Il fallait vraiment que je fasse attention… Bon, je risquais plus de la perdre là où elle était.

Après m’être présenté, elle donna son nom en même temps en me tendant la main. Ce que je trouvais très étrange étant donné qu’on avait une autre manière de saluer, ici, au Japon. Bon, je lui tendais quand même la mienne pour faire une bonne poignée de main, même si ça me faisait vraiment bizarre.

Maintenant que nous avions fait un peu connaissance, Le sujet revient naturellement sur Daisu-nii-chan qui s’était absenter. Cependant, je ne pus m’empêcher de tiquer et de rire en entendant le Daisuke-sama. Sachant à quel point il était à cheval sur le keigo… Bon… Je pouvais au moins lui faire confiance si elle l’appelait pas son prénom.

Zuko ▬ « Désolé… Je ris au « Daisuke-sama ». J’espère que vous ne l’avez jamais appelé ainsi. Je n’imagine pas comme ses chevilles auraient enflées sinon ! »

Une fois ma crise de rires passée, je repris un air plus triste suite à son absence.

Zuko ▬ « J’ai l’impression de rater de plus en pus Daisu-nii-chan. Il est de moins en moins là pour le moment. Entre ça et la fin de ma dernière année de lycées et les examens, ça fait un bail que je ne l’ai plus vu… »

Je ne pus m’empêcher de regarder encore Kisaki-san. N’avait-elle pas dit qu’elle veillait sur la salle ?

Zuko ▬ « Dites ? Vous deviez bien le connaitre Daisu-nii s’il vous laisse surveiller la salle ? Je n’ai pas l’impression de vous avoir déjà croisé ici, cependant. »

Je regardais la demoiselle qui semblait me dévisager bizarrement depuis le début de la conversation, comme si elle cherchait à découvrir quelque chose. Cela me mettait un peu mal à l’aise. Ça ou passer aux rayons X, c’était la même chose. Sans le vouloir, mes premières peurs refaisaient légèrement surface dans ma tête. Ou était Daisu-nii quand j’avais besoin de lui ? Est-ce que je devais appeler Jess-san ou Tsukishima-san ? Ou peut-être devais-je repartir plus tard ? Je ne savais pas quoi faire…

"La lettre perdue est retrouvée"

© Etilya sur DK RPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Sorcier Métis - Expert
Race : Sorcière métis
Couleur : #F381C9
Avatar : Kaori Miyazono (Shigatsu wa Kimi no Uso)
Date d'inscription : 28/03/2017
Nombre de messages : 21
Emploi/loisirs : Dégommer du zombie et jouer du violon
Yens : 40
avatar
Sorcier Métis - Expert
MessageSujet: Re: Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)   Ven 6 Avr 2018 - 13:38



Un Monde qui nous lie et nous sépare

Feat Zuko Tanaka

Mes yeux se posèrent immédiatement sur la main de Zuko. Sans perdre une seconde, je la pris délicatement dans la mienne et la serra légèrement. Une pointe de déception m'envahit. Ce garçon n'était donc pas un sorcier, quel dommage. Je n'avais que très rarement l'occasion d'en rencontrer dans mon quotidien, ma famille me refusant l'accès aux divers galas et autres banquets. De part mon métissage, je ne leur apportais que honte et déshonneur. Je ne devais donc me montrer aux yeux des autres sorciers, notamment ceux de hauts rangs, sous aucun prétexte. Heureusement, j'avais quand même pu accéder à l'apprentissage à l'école des sorciers , même si ce fut sous un autre nom. Il n'aurait surtout pas fallut que les gens apprennent qu'une enfant Kimura n'était qu'une simple métis. Je trouvais ça terriblement injuste à l'époque. Je n'y pouvais rien si ma mère était humaine. J'en voulais tellement à mes parents pour cela... Jusqu'au jour où je compris que tous deux s'aimaient plus que tout ; j'en étais la preuve. Depuis ce jour, c'est à mes grands-parents que j'en voulaient de ne pas m'accepter comme j'étais. Et au destin de m'avoir arraché aux seuls êtres qui m'ont réellement aimé.

Je relevai les yeux vers Zuko, sa main toujours dans la mienne. Je ne parvenais pas à me résigner à la lâcher. Trop de questions se bousculaient dans ma tête. S'il n'était pas sorcier, qui était-il ? Pour que La Sagesse elle-même l'approche ainsi, il devait être quelqu'un de très spécial. Ce jeune homme avait piqué mon intérêt. Je ne pouvais pas faire comme si je n'avais rien vu, c'était impossible. Déjà parce que voilà, je me devais d'assouvir cette curiosité grandissante. Et puis, même si je ne l'étais qu'à moitié, je restais une sorcière et ne pouvait m'empêcher de m'intéresser à ce qui touchait de près ou de loin à L'Enclave.

M’apercevant de mon regard insistant à son égard et de ma main toujours dans la sienne, je me décidai enfin à le libérer de mon emprise. Aussitôt, je lui souris, espérant qu'il ne me trouve pas trop étrange. Manquerait plus que je l’effraie et qu'il s'en aille. J'aurai tout perdu. Heureusement pour moi, cela ne semblait pas être le cas, au contraire ; il se mit à rire. Je clignai des yeux, pas certaine de comprendre l'origine de son fou rire.

Kisaki  ▬ Ai-je dis quelque chose de drôle ?


Aussitôt, Zuko m'expliqua le pourquoi de sa petit crise. Cependant, je ne comprenais toujours pas ce  qu'il y avait de si amusant. C'était tout naturel pour moi d'appeler Daisuke-sama ainsi. Il était mon supérieur, quelqu'un que je respectai énormément.

Kisaki  ▬ Excusez-moi mais... Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle. Daisuke-sama est une personne qui a tout mon respect, je l'admire beaucoup. De ce fait, c'est tout à fait normal, vous ne croyez pas ?

Demandai-je en penchant légèrement la tête, souriant. Vu comment il parlait de lui, pas de toute, tous les deux se connaissaient bien. J'étais plutôt contente de rencontrer une connaissance de mon patron. Il ne parlait pas beaucoup de lui, il était donc nécessaire que j'en apprenne par moi-même.
J’aperçus alors une pointe de tristesse dans le regard de Zuko. Le pauvre, il me faisait de la peine avec sa petit bouille tristounette... Juste trop mignon ! C'était le genre de garçon qu'on avait envie de  consoler avec un gros câlin.

Kisaki  ▬ Vous semblez très proche de lui.


Je marquai une petit pause.

Kisaki  ▬ C'est vrai qu'il s'absente régulièrement en ce moment...

Je me penchai alors vers lui et lui dit tout bas.

Kisaki  ▬ Je le soupçonne d'avoir rencontré quelqu'un... Mais je n'en n'ai pas encore la preuve pour l'instant.

Je le regardai, un sourire rassurant sur les lèvres.

Kisaki  ▬ En tout cas, ne vous inquiétez pas, il ne devrait pas tarder à revenir. Si vous me le permettez, je peux patienter avec vous. C'est toujours plus agréable d'attendre à deux non ?

Un large sourire se dessina sur mes lèvres. Ce jeune homme était bien mignon et agréable, je ne pouvais me résigner à le laisser tout seul, avec cette petit mine chagrinée. Et puis, cela me donnait l'occasion de mener ma petite enquête sur lui.

Kisaki  ▬ Cela ne fait guère très longtemps que nous nous connaissons tous les deux. J'ai découvert ce merveilleux endroit par hasard et depuis, je viens dès que je le peux. Tous les jours en fait. On a beaucoup sympathisé. Je ne sais pas ce qui l'a décidé, mais il y a peu, il m'a proposé de travailler ici, à mi-temps. Une proposition pareille ne se refuse pas.

Je me gardai bien de lui dire que je lui avait littéralement sauté au cou sous le coup de la joie.

Kisaki  ▬ Mais aujourd’hui est le premier jour où il me laisse la responsabilité de la salle. Je suis heureuse de la confiance qu'il me porte.

Dis-je des étoiles dans les yeux, fière.

"Début d'enquête"

© Etilya sur DK RPG




Spoiler:
 


Kisaki parle en #F381C9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Changelin Loup - Civil
Race : Changelin
Couleur : #000000
Avatar : Kazuto Kirigaya / Kirito (Sword Art Online)
Date d'inscription : 21/11/2016
Nombre de messages : 148
Emploi/loisirs : Etudiant
Yens : 47

Feuille de personnage
Pouvoirs / sorts / dons:
Objets utilisables en rp:
avatar
Changelin Loup - Civil
MessageSujet: Re: Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)   Mar 17 Avr 2018 - 13:38



Un Monde qui nous lie et nous sépare

Feat Kisaki Kimura & Zuko Tanaka

Si j’avais pu, j’aurais certainement ri de plus belle. Elle ne voyait pas ce qui avait de drôle, elle ne connaissait donc pas Daisu-nii aussi bien que je le connais. Cependant, si je comprenais bien, cela ne faisait pas si longtemps qu’elle venait ici. Pour ma part, cela allait bientôt faire 4 ans que j’avais rencontré Daisu et que je venais à l’Arcadénium. J’avais largement eu le temps de faire sa connaissance. Je le rappelai alors d’une grande dame blonde à forte poitrine qui passait de temps en temps et qui s’amusait à se moquer gentiment de Daisu-nii en l’appelant « Kabu-kun »… Hirano-san, il me semble ? Je ne suis plus sûr… Enfin, Kisaki-san ne semblait pas m’en vouloir. Elle me regardait avec un joli sourire, tête penchée. Elle avait un regard compatissant sur le visage.

Zuko ▬ « Oui, on est très proches. Cela fait bientôt 4 ans qu’on s’est rencontré. Ici, d’ailleurs. Je cherchais une salle d’arcade où passer les journées de pluie. Et on s’est lié d’amitié avec le temps. »

Un sourire triste apparut sur mon visage.

Zuko ▬ « Quand on le connait, on apprend que Daisu-nii est vraiment à cheval sur le Keigo. On ne l’appelle jamais par son prénom quand on ne connait pas. J’imaginais sa tête la première fois que vous l’avez appelé Daisuke-sama. Ça devait être drôle. »

Mon sourire s’effaça aussi vite qu’il était venu, aussi éphémère qu’un papillon.

Zuko ▬ « Je suis un peu jaloux d’ailleurs. Vous l’appelez par son prénom et vous travaillez ici et il vous fait confiance. Il a fallu un moment pour qu’il accepte que je l’appelle Daisu-nii-chan. »

Je soupirai. C’était idiot de ma part de me sentir mal. Mais j’avais l’impression de ne pas pouvoir aider celui que je considérai comme mon grand-frère et qui avait été presque là pour moi. A vrai dire, c’est parce que j’avais encore une frousse totale et qu’il ne m’a jamais forcé à lui dire mon secret. Sinon, il y aurait eu grande chance que ce soit lui, et non Jess, mon premier confident.

Zuko ▬ « On peut tout de même l’attendre à deux. J’ai vraiment envie de le voir. Et je ne partirai pas avant qu’il soit revenu. »

Je partis chercher un des tabourets près du mur, mis à disposition pour ceux qui voulait faire une petite pause entre deux parties et je revins m’installer à côté de la demoiselle. Quitte à patienter, autant le faire de manière confortable.

Zuko ▬ « Vous savez… Je ne pense pas qu’il a rencontré quelqu’un. Ça fait un peu plus d’un an qu’il s’absente. Et il a eu un gros moment où il allait vraiment pas bien. Il ne le montrait pas mais ça se voyait. J’ai l’impression qu’il a perdu une amie très proche. Elle venait parfois ici. Je n’en sais pas plus sur elle. Mise à part que Daisu-nii l’aimait comme une grande sœur. »

Je soupirai une nouvelle fois. Si Daisu lui faisait confiance, je pouvais le faire aussi. Et lui dire ce qui m’inquiétait à propos de mon « grand-frère ». Enfin, là, on ne pouvait rien faire d’autre. Je commençai donc à poser des questions sur la demoiselle.

Zuko ▬ « Sinon, vous faites quoi ? Vous êtes étudiante ? A l’université de Nakanoto ? Je vais commencer les cours l’année prochaine là-bas. Mais je ne sais pas encore si je vais faire Sport ou Informatique. »

"Faisons connaissance"

© Etilya sur DK RPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un Monde qui nous lie et nous sépare (Feat Kisa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Knights RPG :: Centre de Nakanoto :: Quartier commerçant :: Magasins :: Petits Magasins :: L'Arcadénium-