DARK KNIGHTS
Forum CITY - Contemporain Gothique - Avatars 200 x 400 - Contexte évolutif
Dusk Till Down - Page 2



 
Bienvenue sur Dark Knights
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Membre du mois
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum congue massa eu placerat varius. Praesent sed tellus scelerisque, sollicitudin justo non, euismod ex. Sed sodales orci ac tristique commodo.
Voteur du mois
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum congue massa eu placerat varius. Praesent sed tellus scelerisque, sollicitudin justo non, euismod ex. Sed sodales orci ac tristique commodo.
Dark Knights sur FB ?

Partagez | 
 

 Dusk Till Down

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Vampire Level B - Clan di Altiero
avatar
Race : Vampire Level B
Couleur : #00cc00
Avatar : Tifa Lockhart
Date d'inscription : 30/09/2012
Nombre de messages : 565
Emploi/loisirs : Serveuse
Yens : 709
Voir le profil de l'utilisateur
Jess Duchannes
Vampire Level B - Clan di Altiero
MessageSujet: Re: Dusk Till Down   Ven 12 Oct 2018 - 0:50


Dusk Till Down

Feat Sachio Aoki & Jess Duchannes

Le voir ainsi sans pouvoir y faire grand chose me brisa le coeur. Avec douceur, je caressais ses joues humides, peut-être que par ce geste, mes mains parviendraient par magie à chasser sa peine. Quand bien même sa demande m’avait surprise, j’étais incapable de lui refuser quoi que ce soit. Surtout pas ce soir, parce que je ne devais pas oublier que j’étais en partie une grande cause de ses inquiétudes. Les mots qu’il avait prononcé aux enchères tout à l’heure...j’avais bien des choses à me faire pardonner aussi.

Avec respect, je caressais les touches, consciente que sans mon intervention, mon aimé aurait dû dire adieu à son précieux piano.

« Je ne regrette pas d’avoir agit comme je l’ai fait ce soir, tu sais. Cette pé….. pimbêche ne le mérite pas ni personne d’autre. Considère ça comme… ton cadeau de mariage en avance, si tu veux. »

Je n’attendais pas réellement de réponse de sa part, je souhaitais seulement qu’il sache que je serais prête à le refaire qu’il le fallait et qu’il était temps de comprendre qu’il n’était plus obligé d’être si seul. Et puis parler de notre union si concrètement... Cela réchauffer mon cœur.

Il est vrai que je n’aimais pas vraiment jouer devant un public, je n’étais une pianiste en herbe, je savais jouer mais jamais je n’égalerais son talent. J’avais cependant une petite idée en tête. Un cadeau, en quelque sorte. Alors, après avoir rangé mes cheveux derrière mes oreilles  et ajustée ma robe, je fis face à l’instrument. Je lui expliquais brièvement le morceau que je souhaitais jouer, décrivant maladroitement les accords avant de commencer.

A Millions Dreams - Piano

Je n’étais pas très à l’aise mais Sachio su rendre son harmonie à la musique. Alors, lui cédant la majeur partie des notes, je parvenais à le suivre en ne me servant que d’une main. Finalement, plus détendue après quelques secondes, je le rejoins plus aisément et notre partage semblait atteindre son apogée. J’étais incapable de retenir un doux rire et de lui lançais un regard tout aussi aimant, j’étais quand même fière de moi, je n’assasinais la partition. J’avais dû lui faire écouter une ou deux fois cette musique tirée d’un film que j’avais tout particulièrement aimé. Je trouvais le ton de cette sérénade légère et lumineuse, positive même. C’était nécessaire pour nous de partager cet instant de paix dans notre bulle. Nos doigts dansaient sur le clavier comme si nous avions l'habitude de faire cet exercice.

Trop rapidement à mon goût à vrai dire, nous avons fini notre morceau, et Sachio retirait doucement ses mains du piano, comme résigné. Redoutait-il notre conversation à venir? Certainement.

« Je me rends compte que la mélancolie ne te convient pas du tout, ton talent est bien plus lumineux et enjoué que tu ne le laisse transparaître. »

S’il était capable de cacher mes fausses notes, c’était bien qu’il maîtrisait son art autant que je butais dessus. Et je pouvais affirmer qu’il était vraiment, mais vraiment doué. Alors bon sang, qu'il brille aux yeux du monde autant que dans les miens. Avant qu’il ne me réponde, j’entamais un nouveau morceau, bien moins élaboré, plus à ma portée et en solo. Et pour masquer mes fausses notes, je chantonnais doucement.

Dusk till Dawn - Piano + chant

Je n’osais le regarder dans l'immédiat, consciente de mes joues rouges mais j’avais envie de faire cela pour lui. La chanson que j’avais choisi n’était pas vide de sens. Elle était, je crois, parfaitement appropriée, pour lui comme pour moi. Je n’étais pas non plus une très bonne chanteuse mais ce n’était pas un massacre non plus. Je finis même par oser le regarder, souriant bêtement quand nos regards se croisaient. Puis je fini par presque revendiquer les paroles et le message que je voulais lui faire passer. Comme il venait de le faire plutôt, il était temps pour moi de laisser tomber l'armure devant lui, j’avais le droit d’être moi-même sans craindre qu’il ne me juge, parce qu’il ne le ferait tout simplement jamais.

C’était ma façon de lui dire que j’étais prête à l’écouter et à ne plus rien lui cacher mais aussi que je ne l’abandonnerais pas, qu’importe les détails qu’il pourrait apporter aux éléments qu’il me manquait. J’avais bien l’intention de tenir ma promesse. N’est-ce pas pour cela que j’avais accepté de l’épouser? N’est-ce pas là, la plus belle et plus honnête des promesses non? Jamais, plus jamais, il ne serait seul et je comptais bien chasser la solitude et la tristesse qui empoissonnaient son coeur.

Cette déclaration touchait à sa fin et silencieusement je me blottis contre lui et jouais avec ses longues mains savourant le confort de sa stature. Je me sentais à ma place dans ses bras, comme si nous étions tous simplement destinés à être ensemble.


© Etilya sur DK RPG


PasséPrésent ♣ Avenir
Revenir en haut Aller en bas
Vampire Level B - Clan Izbranov
avatar
Race : Vampire, Level B
Couleur : Chocolate
Avatar : Vincent Nightray de Pandora Hearts
Date d'inscription : 27/01/2012
Nombre de messages : 168
Emploi/loisirs : Peintre / Pianiste
Yens : 213
Voir le profil de l'utilisateur
Sachio Aoki
Vampire Level B - Clan Izbranov
MessageSujet: Re: Dusk Till Down   Ven 12 Oct 2018 - 23:32
Je ne saurais peut-être jamais ce qui c'était dit, dans ce jardin, en mon absence. Cela n'avait finalement pas vraiment d'importance. Pas à pas, je la laissais pénétrer un peu plus dans mon univers. C'était à ses côtés que j'avais appris à sourire un peu plus chaque jour et à faire des efforts pour délaisser le mur que j'avais dressé entre moi et le reste du monde. Alors, même si je trébuchais parfois au cours du chemin, je pouvais me raccrocher à son soutien indéfectible. À la fin de la journée, je la verrais me sourire. C'était un peu pour tout cela que j'étais heureux de partager ce moment privilégié et puisqu'elle aimait m'écouter jouer ... Cela m'avait semblé être une bonne idée.

Une demande spéciale hm ? J'hochai la tête devant ses explications, je devrais jouer de mémoire, mais lorsqu'on a des années et des années de pratique, cela venait presque tout seul. C’était en partie du talent, oui, mais aussi des efforts. Comme toute chose en ce monde. Ses quelques notes hésitantes me donnèrent la mesure de la mélodie. Je crois que cela la rassurait de pouvoir me laisser la main forte pour simplement m'accompagner, du moins, je me plaisais à le croire. Lorsqu'elle se détendit à mes côtés, j'avais ma réponse et un large sourire fendit mon visage, ravi de pouvoir partager un moment de tendresse semblable, tout simplement. Nous nous complétions. Je m’étonnais moi-même en réalisant que je ne pensais pas juste à la musique. Peut-être était-ce, en partie, l’influence du morceau choisi ? Il m'avait mis d'humeur un peu plus légère. Mais si cette impression me semblait réelle, c'est qu'elle avait pris racine dans mon cœur. Tout de même, Jess exagérait. Je n'avais pas tout fait ! Elle s'était améliorée, depuis la toute première fois que je l'avais entendu jouer, notre première rencontre, oui ... Là où tout avait commencé. Je retirai mes mains du piano, bien pensif, la regardant du coin de l'œil, incertain de ce que je devais dire à présent. Je ne voulais pas casser l'ambiance.

De nouvelles notes brisèrent le silence avant que je puisse la remercier et entrer bien maladroitement dans le vif du sujet. J’étais assez surpris. Agréablement bien sûr. Ces mots qu’elle chantait, un peu nerveuse, les joues rosies … Je crois bien que ce choix venait de son cœur. Ne le savais-je pas déjà un peu au fond ? Je ne lui avais même pas demande si elle travaillait demain. Lorsque j'avais vu la colère et la tristesse se mêler dans son regard à la soirée, alors que j'en étais la source, cela avait été au-dessus de mes forces. Cela m'avait brisé le cœur. C'est pour cela que j'avais perdu le contrôle. Nous ne pouvions pas nous quitter avant d’avoir éclairci les choses, même si cela devait durer jusqu’aux petites heures du matin. Et même si parfois, nous devions affronter les heures les plus sombres avant de pouvoir profiter pleinement du bonheur … Oui. Je croyais que nous nous en relèverions. Jess m’avait répété tant de fois qu’elle ne m’abandonnerait jamais. J’avais fini par le croire. Et c’était la raison pour laquelle, cette fois, je savais que je ne me trompais pas en affirmant que je l’aimais, je crois bien. Lorsque sa chanson fut terminée, je repris ses mains dans les miennes, la laissant se blottir contre moi. Je déposai ma tête contre son épaule, mes lèvres sur sa peau froide. Je n’étais plus triste, ni agité. Juste paisible. L’évidence s’imposa d’elle-même.

« Je n'ai plus envie de fuir. »

C'était ma réponse à sa déclaration. Je ressentais la même chose. Alors quoi qu’il arrive, je l’accepterais. Je ne voulais plus jamais avoir à me sentir si mal. Si seul. Le poids de nos secrets pouvait devenir très lourd, au fil du temps. Tout dépend de l’importance que l’autre personne prend pour nous. Je n’avais jamais vraiment eu personne à qui me confier, avant ... Avant de rencontrer cette femme absolument incroyable. Je crois même que c'était assez facile à deviner lorsqu'on me côtoyait suffisamment longtemps. Le plus beau cadeau qu’elle pouvait me faire, en vérité, c’était aussi simple que cela. Son temps. Sa présence. Son amour. Je me redressai pour poser mon regard dans le sien, déterminé, prêt à l’affronter même s’il devenait plus difficile de parler. De toute façon, elle s'était toujours montré patiente envers moi. Je voulais juste qu’elle comprenne au moins cela. Je n’avais plus peur.  Je ne me cacherais plus. Nous pouvions tous les deux en être fiers. Je me demandais tout à coup si elle ressentait un peu la même chose que moi. La peur de perdre quelque chose de si fort, de si beau et précieux. Était-ce pour cela qu’elle ne m’avait rien dit ? Sur ce loup et … L’autre détail qui me perturbait. Il était temps.

« Mais je ne sais pas vraiment par quoi je devrais commencer. »

Bien que cela faisait aussi écho à ce que j'avais dit auparavant, c’est comme si je venais de terminer à voix haute le fil de mes pensées. Je me mis à rire doucement de ma propre bêtise. Perdu. C’était le mot. J'ai attendu trop longtemps, je crois. Je resserrai un peu plus ma paume contre la sienne. Aide-moi encore un peu, Jess ...


La perfection n'existe pas... même chez les vampires, tout n'est... qu'illusion...


Revenir en haut Aller en bas
Vampire Level B - Clan di Altiero
avatar
Race : Vampire Level B
Couleur : #00cc00
Avatar : Tifa Lockhart
Date d'inscription : 30/09/2012
Nombre de messages : 565
Emploi/loisirs : Serveuse
Yens : 709
Voir le profil de l'utilisateur
Jess Duchannes
Vampire Level B - Clan di Altiero
MessageSujet: Re: Dusk Till Down   Hier à 10:49


Dusk Till Down

Feat Sachio Aoki & Jess Duchannes

Nous aurions pu rester assis là, dans les bras l’un de l’autre, cela m’aurait suffit. Nul besoin d’autre chose, juste de son amour et de sa confiance. “Comment suis-je supposé te faire confiance ensuite ?” Sa voix chargée de colère résonnait en écho dans ma tête. Bon sang… Un léger frisson naquit sur ma peau. Je préférais croire que ses lèvres contre mon épaule en étaient la cause. En y repensant, j’étais bien plus fautive que lui. Lui s’était contenté de taire les choses et je n’avais jamais su comment le faire parler, j’avais alors tout simplement abandonné l’idée d’en savoir plus. Pour ma part, je ne lui avais certes jamais menti, mais je n’avais jamais répondu avec une honnêteté immaculée à ses questions. Alors n’était-il pas normal de me jeter à l’eau la première? Je lui accordais encore du temps, au fond de moi, je pense surtout qu’il était préférable pour moi d’être lavée ou du moins pardonnée pour mes secrets avant de réagir à ce qu’il me dirait. Je levais les yeux vers un tableau posé au mur, il représentait Sachio, ses frères et … Akahime. Ce que je pouvais être idiote parfois. Je n’arrivais pas à me résonner la concernant alors que je refusais, inconsciemment et pour l’instant en tout cas, d’entendre ce que mon doux prince avait à partager. Je n’étais pas prête, j’avais tout simplement trop peur de découvrir une histoire magnifiquement tragique… mais peut-être n’en était-ce pas une? OK, ça suffit, Duchannes !

J’inspirais profondément et baissais mon regard sur nos doigts enlacés, sur la bague qui ornait ma main. J’étais celle qu’il avait choisi, je devais en être digne et grandir un peu. Je l’aidais alors, la voix douce et posée.

« Est-ce que m’écouter te semble être un bon début? »

Je ne pouvais lire ses yeux mais je savais au fond de moi qu’il était accord sur le principe. Je m’interrogeais à mon tour, par quoi allais-je commencer? Tout était compliqué, qu’est-ce qui était important? Que ne l’était-il pas? Je me suis redressée, tout en récupérant mon portable d’un geste élégant dans une poche cachée dans le drapé de ma robe de cocktail. Je lui tendit alors l’écran affichant Zuko-kun, enfin le loup qu’il pouvait être. Sachio avait, bien que sur le ton de la plaisanterie, soulevé le sujet tout à l’heure. Bien que nous n’avons jamais vraiment parlé du bal d’Halloween, il avait eu connaissance du lycan. Il était normal qu’il s’inquiète et se fasse de fausses idées.

« Tu peux te détendre, ce n’était pas un lycan, je ne suis pas complètement folle. Bien que c’est à débattre peut-être, je te l’accorde. »

J’essayais de plaisanter pour me détendre. Mettre mon coeur à nu de cette façon, enfin essayer de le faire, n’était pas un exercice facile. C’était stupide, parce que l’histoire avec Shidara et les sorciers était bien plus insupportable à assumer. Mais cela viendra après, dans un second temps.

« C’est juste un gamin très gentil qui peut changer de former pour prendre celle d’un loup. Il ne sait même pas lui-même ce qu’il est. Quand je l'ai rencontré, enfin je veux dire quand il était humain, je n'avais bien sûr pas fait le rapprochement. Qui l’aurait fait? Il m'a ensuite dit qui il était, je n'en revenais pas, jamais il n'a été question de ce genre de... magie? Tu as déjà entendu parlé de ça, toi?

Il s’appelle Zuko Tanaka. Le plus étrange dans tout ça, c’est qu’il est vraiment le seul à notre connaissance à avoir une telle capacité. Comment-est simplement possible? On essaye d’en savoir plus sur le sujet, mais...
»

Mais j’avais trop peur de dévoiler son existence à mes aînés parce que je savais que certains d’entre nous, les vampires j’entends, seraient prêt à faire n’importe quoi pour mettre la main sur lui et se faire une joie de répondre à nos questions. Comme les Shidara par exemple ou… les Izbranova. Je frémis, imaginant une fraction de seconde le pire des scénarios. Il était certain que je n’avais rien à craindre de Sachio mais qu’en était-il des rapports entre les membres de sa famille et leur chef de clan? Lui parlait ainsi de Zuko-kun n’allait-il pas le placer dans une position délicate si conflit devant naître? Je secouais la tête, c’était bien là une horrible vision de l’avenir, il était aussi tout simplement possible que rien ne se passe.

« Ce n’est pas évident d’être vigilant avec une pareille découverte. Zuko-kun peut être un peu… naïf, enfin c’est ce qu’il fait paraître, il est si jeune. Nous ne nous connaissons pas depuis longtemps mais… Je ne sais pas, c’est comme si quelque chose me dicter malgré moi que je devais le protéger. Il pourrait tomber sur quelqu’un de mal attentionné et me savoir impuissante si cela arriver... »

Je me figeais un instant. J’avais posé le doigt sur quelque chose. Sachio ne vivait-il pas avec ce même fardeau me concernant? Cela ne rejoignait-il pas sa remarque sur sa confiance en moi? Moi et ma sale habitude de plonger la tête la première dans, excusez-moi, les emmerdes. Plus jeune, je n’étais jamais seule dans mes aventures, du moins, j’avais une confiance sans limite pour mon allié et puis, soyons honnête, c’était surtout des enfantillages qui tournaient mal avec Daegan. Un autre détail qu’il faudrait sans doute confier à l’homme dans mes bras. Bien qu’il n’aurait jamais rien à craindre de lui mais c’était une autre histoire… Je lâchais un rire amer, les yeux remplis de larmes. Je n’étais pas triste, juste honteuse de ne m’en rendre vraiment compte que maintenant.

« Je suis désolée. Tu ressens cette même impuissance avec moi. C’est si évident mais je n’avais jamais vu cela avant ce soir... Ce n’est pas une excuse mais je crois, qu’au fond de moi, te tenir à l’écart de mes problèmes aller te protéger, toi. Je m’en voudrais indéfiniment si tu venais à te retrouver embarqué dans ce bordel qu’est ma vie. »

Mon aveuglement m’avait permit d’agir dangereusement sans me poser de question, même après avoir accepter de lui donner ma main, je n’avais pas eu le réflexe d’y penser. Mon pauvre amour, je vais te causer bien du soucis, comme si tu n’en avais pas assez. Plus je lui ouvrais mon coeur, plus je me sentais indigne de l’affection sans limite qu’il me portait. Face à cette constatation, je me suis levée pour m'éloigner, pour me priver de son réconfort, prise d’une colère dirigée contre moi-même. Mon venin me brûlant de l’intérieur. J’allais trop vite, je devais ralentir mais si je ne livrais pas mes pensées, il était fort possible que je ne trouve plus la force d’avouer mes fautes avant qu’il ne l’apprenne autrement.

« Je ne suis qu’une hypocrite… Je suis incapable de me contrôler, il faut toujours que je n’en fasse qu’à ma tête. Chaque décision que je prends, chaque acte aura des conséquences sur toi. Tu ne mérites pas ça mais je suis bien trop égoïste pour t’éloigner du chaos que je suis. »

La confiance que je pouvais avoir avant de commencer ma confession s'était bien vite dissipée, traîtresse... Comment pouvais-je arriver à faire face à mes problèmes sans arriver à regarder cet homme qui était tout pour moi en face. Je n'étais qu'un cadeau empoisonnée, si l'on pouvait dire que m'avoir était un cadeau. C'était là les tourments dans lesquels j'avais plongé mon entourage sans une once de regret. J'avais des remords c'était certain, mais qui pourrait dire que je ne recommencerais pas si c'était à refaire?


© Etilya sur DK RPG


PasséPrésent ♣ Avenir
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dusk Till Down   
Revenir en haut Aller en bas
 
Dusk Till Down
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» From Dusk Till Dawn [PV Mü - Shion - Ahina - Alucar]
» but you'll never be alone, I'll be with you frow dawn till dusk (ft. Richerd)
» Hotel Dusk - demande de partenariat
» Maelle Till [assassine, mage du vent]
» And I'm not leavin', till you're leavin' ? 22/02 | 15h25

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Knights RPG :: Périphérie de la Ville :: Habitations-
Sauter vers: