DARK KNIGHTS
Forum CITY - Contemporain Gothique - Avatars 200 x 400 - Contexte évolutif
Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018



 
Bienvenue sur Dark Knights
!
Votez sur les top sites !
Toutes les deux heures !
Drabble du mois
Le nouveau vainqueur du Drabble est John ! Vous pourrez lire son texte ici ! => www
Voteur du mois
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum congue massa eu placerat varius. Praesent sed tellus scelerisque, sollicitudin justo non, euismod ex. Sed sodales orci ac tristique commodo.
DK sur les réseaux...
Le Deal du moment : -60%
Souris Gaming sans Fil – Corsair DARK CORE RGB ...
Voir le deal
59.99 €

Partagez
 

 Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
Anzu Taena
Race : Lycan Alpha
Couleur : Orange
Avatar : Inconnu
Date d'inscription : 26/10/2015
Nombre de messages : 194
Emploi/loisirs : Etudiante/chercheuse/pharmacienne/chevalier des ombres en formation
Yens : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs / sorts / dons:
Objets utilisables en rp:
Anzu Taena
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
MessageSujet: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeMer 17 Juil 2019 - 22:54
La semaine avait été véritablement mouvementée pour la lycane. Elle avait laissé le soin à ses collègues de fermer la boutique aux alentours de seize heures pendant qu'elle s'octroyait le privilège de quitter son poste vers midi. C'est ce qui avait de bon quand on était gérante, on pouvait se permettre d'agencer ses heures comme on l'entendait. Et avec les événements à venir, elle risquait d'user de son statut pour se permettre des absences prolongées avec les entraînements prévus au titre de hunter de Chevaliers des Ombres. Cette simple pensée la plongea dans un état second, légèrement éloignée de la réalité. Son esprit était ailleurs et elle avait manqué de griller un feu rouge, qui lui valut de multiples coups de klaxon. La jeune femme au volant se mit à soupire. Tout était nouveau pour elle et ses repères se dispersaient toujours un peu plus. Toutefois, le changement avait du bon mais elle intégrait difficilement l'image dont elle s'habillait. Une alpha future Hunter dans une organisation plaidant à la tolérance entre les races, rien que ça. Un léger sourire naquit au coin de sa bouche. Le futur ne risquait pas d'être ennuyeux.

Mais s'il y avait bien quelque chose qui n'avait pas changé dans tout ça, c'était son excentricité à dévorer des tonnes de friandises. Dans le climat actuel, cet excès était vraiment d'un doux réconfort. A vrai dire, elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait développé une telle affection, voire dépendance au sucre. Apparemment, d'après ce qu'elle avait pu chercher sur internet,cette lubie était présente pour pallier une sorte de mal-être. Peut-être était-ce vrai, même si elle se sentait un peu moins seule désormais entre les Ôka et sa nouvelle maison que serait les chevaliers des ombres. Mais elle ne semblait pas décidée à pallier à ce vice, beaucoup trop plaisant pour ses pupilles. Dans la foulée, elle décortiqua alors une barre chocolatée soigneusement rangée dans son tableau de bord, pour confirmer sa volonté de ne pas bouder ce désir.

Sur le chemin, elle songea expressément à cette boutique qui venait d'ouvrir en ville. « Dédale des Délices ». Rien que le nom lui donnait l'eau à la bouche. Mais quelque chose l'avait incité à ne pas franchir le seuil de cette boutique. Son odorat subtil avait détecté des parfums spécifiques qui n'avaient rien à voir avec des bonbons. Ca ne correspondait pas non plus à des relents de médicament comme elle pouvait sentir tous les jours en tant que pharmacienne. Les médicaments et les substances en tous genres, ça la connaissait plutôt bien. C'est ce qu'il l'avait dissuadé, au début. Anzu soupçonnait même un trafic pour le moins illicite derrière tout ça. De loin, elle en avait aperçu la vendeuse et la détentrice de ce magasin particulier, qui n'avait pourtant pas l'air d'une personne suspecte. Mais dans ce genre de marché, il ne fallait pas se fier aux apparences. Même un gamin de douze ans pouvait tremper dans des affaires de drogues. L'alpha n'était pas de la police mais l'idée même qu'un tel réseau existait, l’écœurait profondément. Les méthodes n'étaient pas scrupuleuses et les âmes innocentes avaient vite fait de se laisser engouffrer facilement. Il n'y avait clairement rien de digne dans ces affaires.

Mais cette fois-ci, la lycane avait décidé d'aller y mettre les pieds pour vérifier par elle-même ses suspicions. Elle gara sa voiture près du magasin convoité et se dirigea vers l'entrée d'un pas décidé. Une sonnette annonça alors sa venue. L'air était embaumé d'odeurs succulentes dont elle raffolait, ce qui lui fit un peu perdre de sa contenance, comme une enfant dans un magasin de jouets. Des clients dégustaient là leurs gâteaux, qu'elle observait avec une pointe de jalousie. Mais malgré les effluves qui flottaient, ses narines ne la trompaient pas. Son nez aguerri discernait des subtilités mélangés aux autres odeurs qui chagrinaient son museau. Toutefois, Anzu se comportait comme une cliente normale, regardant à travers les vitrines ce qui s'offraient à elle dans toute sa splendeur. Tout était magnifiquement agencé et tout lui donnait fatalement envie. Elle comptait bien acheter deux ou trois sachets de ces sucreries mises en avant.

Une jolie jeune demoiselle apparut alors soudainement derrière son comptoir, légèrement essoufflée. Elle s'essuya le front et l'accueillit avec un grand sourire. Comment pouvait-elle ne pas lui rendre ? Le sourire était en soi, un symptôme contagieux. Mais qui était vraiment cette fille ? Faisait-elle partie d'une organisation louche ? Il fallait en avoir le cœur net. Dans tous les cas, cette personne lui paraissait assez jeune mais il se dégageait d'elle tout un charme et une douceur apaisante. Elle s'approcha alors de la propriétaire en jetant un coup d'oeil rapide derrière la boutique. C'était là, d'où venaient les senteurs étranges. Mais d'abord, se comporter normalement. Elle ne voulait pas non plus passer pour une paranoe hystérique et opta pour la subtilité.

-Bonjour. J'ai vu que votre boutique avait ouvert mais je n'ai jamais osé venir. Maintenant, c'est chose faite ! Votre boutique est vraiment magnifique et accueillante. Elle lui décocha un sourire radieux. Dites-moi, qu'avez vous à me proposer pour ravir mon palais ?

Subtilement d'abord, on verra pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Sorcier Métis - Expert
Miriam Farrow
Race : Sorcière
Couleur : #ee82ee
Avatar : Hana (Gate 7)
Date d'inscription : 04/01/2019
Nombre de messages : 41
Yens : 27
Miriam Farrow
Sorcier Métis - Expert
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeDim 11 Aoû 2019 - 22:21
Une journée de plus se levait sur la confiserie. Finalement mon stage avait porté ses fruits, il y avait quand même pas mal de clients, un peu plus chaque jour. Il faut dire que j'avais bien bossé pour que la boutique semble accueillante, rien qu'avec le logo coloré ! Bien sûr, l'achalandage se faisait surtout ressentir en après-midi ou en fin de journée, mais ça m'allait aussi. Cela me laissait un peu de temps pour me reposer vu que je n'avais pas d'autres employés - mamie était trop occupée pour me donner un coup de pouce aussi - ou même pour tester de nouvelles recettes. Parce que les bonbons japonais traditionnels étaient déjà très nombreux et variés, mais pour tenir un commerce basé sur la nourriture, il fallait pouvoir faire preuve d'une petite touche d'originalité aussi.

Les réguliers étaient tous installés aux tables, je me préparais à mettre en marche la machine à café en plus de la limonade fraîche déjà présente sur le comptoir avant de faire la ronde pour vérifier que personne ne manquait de rien lorsque la petite clochette à l'entrée se fit entendre. J'appuyai donc sur le bouton rapidement avant de me retourner, époussetant un peu mon tablier et relevant la tête. Oh ! Une nouvelle cliente ! Chouette ! Finalement, entre le bouche à oreille et les petites affiches que j’avais collé en ville, peut-être que je réussirais à prouver que j’étais capable moi aussi de devenir un « membre respectable de la société », enfin, une adulte sérieuse quoi, comme disait la plupart des gens. Moi, je préférais rire et chasser mes rêves ; c’était la promesse que j’avais fait à Melissa avant de partir. Essayer d’être heureuse et de penser un peu plus à moi, tout simplement.

En tout cas, ça faisait plaisir de voir quelqu'un d'aussi enthousiaste à l'idée d'acheter des friandises. La plupart des gens étaient un peu gênés ou honteux, sauf les enfants qui eux restaient souvent honnête à propos de leurs émotions, n'ayant pas encore appris à les cacher et les modeler à ceux des autres. Il fallait toujours que je déploie beaucoup d'efforts pour les convaincre d'acheter un petit sac de dégustation et de m'en donner des nouvelles, un grand sourire aux lèvres. Bref pour en revenir à ma cliente du moment ... Franchement, elle était magnifique, un peu comme ces mannequins qu'on voit dans les magasines, si elle, elle mangeait des bonbons régulièrement, eh bien, j'en avalerais mon chapeau ; il faudrait absolument qu'elle revienne ! Si nous étions amies, je lui aurais sûrement demandé des conseils pour le teint, le mien restait un peu pâle, il paraît. C'est sûr que, quand on est occupé à monter une boutique, on n'a pas toujours le temps de passer des heures au soleil ... Et puis, j'étais bien plus habituée au climat de Londres ...

« Eh bien ... Cela dépend de vos goûts évidemment, si vous aimez plutôt le sucré ou l'acidulé. Aujourd'hui, j'ai vendu beaucoup de melon pan mais si vous voulez goûter à la spécialité de la maison, je vous recommande les cupcakes. Ah ... Ce sont des petits desserts comme des muffins vous voyez ? J'ai aussi des sacs surprise qui ont un peu de tout. Je vous laisse regarder le menu mademoiselle, n'hésitez pas si vous avez des questions ... »

Je les pointai du doigts avec un petit sourire avant de me remettre en marche, je la laissais seule quelques minutes pour réfléchir davantage. Ce n'était pas tout le monde qui connaissait bien la gastronomie étrangère, même si ceux-là étaient tout de même assez populaires. J'avais même ajouté des petits bonbons en forme de fleurs sur le glaçage aujourd'hui, il faut dire que le retour du printemps et de la température plus douce m'inspirait.
Revenir en haut Aller en bas
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
Anzu Taena
Race : Lycan Alpha
Couleur : Orange
Avatar : Inconnu
Date d'inscription : 26/10/2015
Nombre de messages : 194
Emploi/loisirs : Etudiante/chercheuse/pharmacienne/chevalier des ombres en formation
Yens : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs / sorts / dons:
Objets utilisables en rp:
Anzu Taena
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeLun 19 Aoû 2019 - 16:57
Anzu porta un doigt à sa bouche pour le mordiller du bout des dents. Tellement de tentation sur les étalages. C'était comme si chacune des confiseries l'appelaient en murmurant son nom. Alors certes, elle se situait précisément ici pour une bonne raison mais son addiction virulente au sucre prenait facilement le pas sur ses désirs. En d'autres thermes, elle pourrait même en oublier la raison de sa présence.

En plus de ça, la boutique lui plaisait bien sous toutes les coutures. Que ce soit l'agencement, les couleurs et la sérénité de l'endroit, tout tendait à laisser voguer ses envies de sucrerie. Même les humains ne la gênaient pas outre mesure. De plus, la jeune gérante semblait vraiment adorable. Bien qu'il fallait toujours se méfier des figures d'ange dont elle arborait le parfait sourire. Ell la première, qui pouvait bien deviner ce qui se dissimulait dans ses entrailles derrière ce corps si menu et frêle ? C'était bien se tromper que de penser pouvoir la casser en deux.

Ah ! Voilà que la brunette l'interrogeait sur ses goûts ! Question en apparence très simple mais qui s'avérait plutôt compliqué pour la lycane. Ce qu'elle préférait ? Le sucré évidemment. Mais si on pouvait l'agrémenter avec de l'acidulé, cela tranchait plutôt bien sur le palais pour équilibrer les saveurs. Lacroix-san avait très bien su soulever cette subtilité de luxe. Toutefois, ce qu'elle lui proposait lui plaisait bien. Du melon pan, sa spécialité. Rien de bien étonnant, on pouvait en trouver un peu partout au Japon, c'était un met typique du pays. Bon ça n'avait rien à voir avec le goût, seulement l'esthétique du produit. Comme des petits pains. Mais après réflexion, ce n'est pas de ça dont elle avait réellement vite. Pas assez calorique en sucre pour la jeune femme. Il lui fallait quelque chose de frais, fruité et surtout : avec énormément de crème.

Elle laissa la gérante s'éloigner le temps qu'elle fasse son choix. Une méditation profonde s'engrena dans son esprit, sourcils froncés. Son regard fut bientôt attiré par les nombreux cupcakes qui ornaient la vitrine. Il n'y avait pas à dire, cette femme avait le sens de l'esthétique. Si Anzu s'écoutait, ses crocs n'auraient pas tôt fait de transpercer la chaire de ces fabuleux gâteaux.

-Excusez-moi... Mais à quels goûts sont ces cupcakes roses ? Je serais tentée par des saveurs fruitées avec une note de citron.

Oui, c'est de ça dont elle avait envie spécifiquement. Son ventre se mit soudainement à gronder... Surprise, la louve écarquilla les yeux, elle ne s'attendait pas à ce que cet organe réagisse aussi expressément aux effluves colorées du magasin. Son teint se pourpra d'un léger rougissement sur ses joues quand elle tourna le regard vers la vendeuse. Machinalement, elle passa une mèche de ses cheveux soyeux derrière son oreille.

-Désolée... Toutes ces choses ont le don de m'ouvrir un appétit sauvage.

Son œil bifurqua néanmoins derrière son épaule, sans perdre le nord. A cette place, elle ne discernait toujours pas ce qui se dissimulait derrière la porte entrebâillée du comptoir. Ses yeux se plissèrent discrètement. Il allait falloir ruser.

-Auriez-vous d'autres produits qui ne seraient pas en vitrine ? Dans votre inventaire en arrière boutique ?

Un autre sourire ensoleillé se dessina sur son visage, mais cette fois, la malice s'en imprégnait. Peut-être n'aurait-elle pas accès à cet endroit mais les effluves qui s'en dégageraient en ouvrant un peu plus l'entrebaillement ne pourraient pas tromper son museau.
Revenir en haut Aller en bas
Sorcier Métis - Expert
Miriam Farrow
Race : Sorcière
Couleur : #ee82ee
Avatar : Hana (Gate 7)
Date d'inscription : 04/01/2019
Nombre de messages : 41
Yens : 27
Miriam Farrow
Sorcier Métis - Expert
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeJeu 29 Aoû 2019 - 14:03
Je soupirai doucement alors qu'une autre personne partait pour poursuivre sa journée. Franchement les gens ne sont pas croyables parfois ! Certains étaient tellement pressés qu'ils en oubliaient de jeter leurs contenants et les gobelets en papier. Si je ne passais pas derrière, ça serait vite la pagaille. Heureusement que je n'avais pas dépensé une fortune pour acheter des petites tasses en céramique ; trop de risque qu'on les brise ou qu'on reparte avec. Au moins, la plupart du temps, j'avais droit à un merci et un au revoir. C'était à ne rien comprendre sur les coutumes japonaises ! Une question me tira hors de mes réflexions.

« Ils sont à la fraise et à la vanille. »

Je fis une légère grimace, le nez retroussé. C'était pas tout à fait ce qu'elle avait demandé ... Mes gâteaux étaient délicieux mais j'étais toujours un peu contrariée quand je ne pouvais pas satisfaire la gourmandise de mes clients, mais je n'étais pas devin, juste une petite sorcière. Peut-être que la limonade suffirait à combler ses envies. Je pouvais aussi lui faire une infusion. Il faudrait que je pense à le lui proposer, enfin c'était écrit sur le menu du jour ... Pourtant, c'était la japonaise qui s'excusait à cause de son ventre qui réclamait qu'on le remplisse.

« En général, quand on vient dans un commerce comme le mien, c'est parce qu'on a faim, mon enfant. »

Bref pas besoin d'excuses madame ! Je prenais plutôt ça comme un compliment. C'était la preuve que mes sucreries lui mettaient l'eau à la bouche. Tout de même, je n'avais jamais vu quelqu'un d'aussi curieux depuis que j'avais ouvert. Comme si mes moindres gestes étaient épiés. Peut-être que je me faisais des idées mais ... J'avais presque l'impression que si je baissais ma garde, elle en profiterait pour courir jusqu'à l'arrière-boutique pour forcer la porte d'une façon ou d'une autre. Si cette jeune femme avait des questions précises, il ne fallait pas être gênée de me les poser ! Quand même, elle ne devait pas s'attendre à ce que je dévoile les moindres secrets de mes recettes ? C'était une des règles d'or de la cuisine !

« Pourquoi toutes ces questions ? Je peux voir votre badge, inspecteur ? »

Je ne pouvais pas retenir un petit rire plus longtemps. Après tout, l'humour british était parfois un peu trop subtil pour tout le monde, mais il faut dire qu'elle n'était pas en reste. Nerveuse, moi ? Pas du tout ... Si elle pensait me faire peur avec des menaces voilées ... J'avais vu pire. Elle n'avait pas idée.

Il restait encore environ une heure avant la fermeture, donc elle avait un choix à faire. Soit attendre en mangeant, si elle avait de quoi payer, ou repasser plus tard ... Soit revenir avec toute la paperasse requise pour m'évaluer dans les règles de l'art. Après que les autres clients soient partis, on pourrait parler plus franchement. Si elle avait assez de cran pour m'affronter !

Il n'était absolument pas question de fermer boutique. Je ne pouvais pas supporter un autre échec.
Revenir en haut Aller en bas
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
Anzu Taena
Race : Lycan Alpha
Couleur : Orange
Avatar : Inconnu
Date d'inscription : 26/10/2015
Nombre de messages : 194
Emploi/loisirs : Etudiante/chercheuse/pharmacienne/chevalier des ombres en formation
Yens : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs / sorts / dons:
Objets utilisables en rp:
Anzu Taena
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeSam 31 Aoû 2019 - 19:23
La demoiselle semblait assez agacée face au manque d'éducation de certaines personnes, ce qui fit sourire en coin la lycane. Elle ne pouvait que comprendre. Il est vrai que c'était même assez ironique de constater ce genre de comportement dans un pays marqué par des coutumes respectueuses. Mais les gens étaient sans cesse pressés, et en oubliaient parfois les bonnes bases. C'était en soi assez révélateur de la pression qui pouvait tomber sur leurs épaules dans le cadre de cette société.

-Ca me va très bien. Je vais vous en prendre trois.

Elle en profiterait aussi certainement pour analyser leurs ingrédients à son laboratoire afin d'écarter totalement ses doutes. Depuis Halloween, aucune piste n'était à négliger, y compris que l'infection ne découle pas potentiellement d'un gâteau aux allures innocentes. C'était sûrement pousser le vice trop loin mais cette odeur inconnue lui chatouillait frénétiquement le museau.

-C'est vrai.

Mon enfant ? Quel âge avait-elle pour la surnommer ainsi ? Cette proximité rendit Anzu sceptique, elle n'avait pas l'habitude qu'on la traite comme une gamine. Mais elle se doutait que la gérante ne devait pas être d'origine japonaise, peut-être ne connaissait-elle pas tout simplement les codes qui régissaient cette culture. Elle décida néanmoins de passer outre, quand bien même son apparence juvénile ne la rendait pas très crédible pour lancer ce genre d'expression.

Mais lorsqu'elle lui demanda de brandir son badge d'inspecteur, la louve plissa ses yeux océans. Elle ne savait pas déterminer s'il s'agissait là d'une touche d'humour ou bien simplement d'une crainte ? Après tout, sa requête restait pour le moins banale, elle aurait pu se contenter d'annoncer que cet accès était privatisé pour le personnel sans partir directement sur un procès.

Ce comportement sur la défensive, bien qu'accentué par un petit rire cristallin, piqua davantage la curiosité de l'alpha. Que devait-elle faire ? Poursuivre sur cet humour étrange ou alors mettre cartes sur table ? Clairement, ce n'était pas dans ses habitudes de renoncer mais elle ne savait pas non plus comment aborder le sujet en y mettant les formes. Elle ne désirait pas non plus se montrer trp intrusive mais son odorat était bien loin de la tromper. Elle se fia alors à son instinct et se retourna face à son hôte.

Elle tapota ensuite son index sur son nez aquilin d'un œil cristallin.

-Vous savez, je possède un très bon flair.

Anzu se mit alors à croiser les bras dans une allure tranquille mais qui laissait présager qu'elle, n'allait pas tarder à mettre les pieds dans le plat. Pas forcément par la force brute mais plutôt en faisant des allusions. Et elle n'avait pas intérêt de faire celle qui ne comprenait pas, parce qu'elle ne la croirait pas.

-Je respire toute la journée des tonnes d'effluves médicamenteuses et une odeur qui m'est totalement inconnue flotte directement de votre arrière boutique. Je ne suis pas là pour une inspection... commune, on va dire.

En réalité, c'était bien plus vicieux qu'une simple entrevue avec les forces de l'ordre. Tout ce qui lui importait, était de s'assurer que cet endroit n'avait rien à voir avec un laboratoire que ce soit illicite ou même directement attaché à la cause de ses congénères.

-Vous n'êtes pas sans savoir que nous connaissons un mouvement compliqué en ce moment en ville, avec ces attaques répétées. J'envisage simplement tous les paramètres.


Anzu fouina dans son sac avant de lui présenter son badge des chevaliers des ombres, sans aucune once de modestie ni même de fierté qui laisserait supposer qu'elle tirerait plaisir à coincer cette demoiselle un peu comme dans les films. Il s'agissait là d'un simple geste pour qu'elle puisse prendre conscience de la situation et y mêler tous les rapports entre les conditions actuelles, les chevaliers des ombres et puis elle, sans pour autant y mettre de la menace.

-Navrée. Je suis quelqu'un de prévoyant. Et mon odorat m'informe que quelque chose cloche ici. Alors dites-moi, qu'est ce que vous trafiquez ?

Ca avait au moins le mérite d'être clair. Tout ce qu'elle souhaitait, c'étaient des réponses. Elle ne forcerait pas le passage, du moins pas pour l'instant. Mais si elle s'évertuait à ne rien lui dire, elle ferait le nécessaire pour obtenir des informations. Il n'était pas question ici de légal ou non, seulement du revers de la face visible du monde des mortels.

Et en soi, ça restait bien plus terrifiant qu'un mandat.
Revenir en haut Aller en bas
Sorcier Métis - Expert
Miriam Farrow
Race : Sorcière
Couleur : #ee82ee
Avatar : Hana (Gate 7)
Date d'inscription : 04/01/2019
Nombre de messages : 41
Yens : 27
Miriam Farrow
Sorcier Métis - Expert
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeVen 13 Sep 2019 - 1:22
Chouette ! Ma nouvelle cliente allait finalement se laisser tenter par mes gâteaux. Mais après tout, de son propre aveu, elle était une gourmande. Et rares étaient les gourmands qui arrivaient à résister à mes sucreries. Tout le monde aimait en manger de temps en temps, mais pour certains, c'était presque plus fort qu'eux. C'était un peu comme une autre sorte de magie, ça aussi. Ça me faisait penser aux charmeurs de serpents qu'on voyait dans les films ... Le sucre murmurait à l'oreille de ses disciples et ils répondaient à son appel ...

Trois ? C'est qu'elle avait de l'appétit. Là ou d'autres se seraient permis de la juger, une pointe d'inquiétude me traversa. Est-ce qu'elle travaillait trop ? Aujourd'hui, les gens prenaient beaucoup moins le temps de prendre soin d'eux-mêmes ... Et encore moins des autres. Chacun pour soi, à qui ne remportera pas la plus grande part du gâteau. En tout cas, je l'imaginais bien du genre sérieuse, cette fille. Elle n'avait pas l'air d'apprécier que je me permette de lui donner un petit sobriquet. Je levai les mains pour m'excuser ; c'était sûrement la faute à la différence de culture ! Pourtant ça ne faisait pas de mal, un peu de tendresse dans ce monde brutal. Une autre façon de voir les choses c'était de dire que je fermais les yeux sur la réalité mais ... Je pouvais bien la repeindre comme je le voulais, non ? C'était ma vie.

Je repassai derrière le comptoir pour saisir les cupcakes qu'elle avait choisi avec les pinces pour les mettre dans un sac en papier. Je commençais à croire que mamie avait au moins raison sur ce point : engager d'autres employés ne serait peut-être pas une mauvaise idée. Au moins un ou deux pour me libérer de quelques tâches ou même pour faire des livraisons. Hmm ... Il allait falloir que je prépare des affiches à coller un peu partout en ville. Ce serait amusant à faire au moins. Ce serait l'occasion de mettre mes talents à l'oeuvre !

Alerte rouge ! Heureusement, je ne pense pas que mes joues avaient pris la même couleur. Elle devait avoir senti des odeurs restant de mon dernier essai de potion. Le résultat n'avait pas été très réussi donc j'avais préféré jeter le tout dans les poubelles plutôt que prendre le risque de tester le mélange. Je sais, je sais ... On ne gaspille pas des ingrédients de qualité ... Ou bien, je méritais de subir les contrecoups de mes erreurs pour avoir été une mauvaise élève … C'était ce qu'aurait dit la plupart des maîtres, mais aucun ne voulait de moi alors il fallait bien que j'apprenne toute seule !

C'était la première fois que quelqu'un m'en parlait en tout cas. Son odorat était très aiguisé, en effet. Il faudrait que je sois plus vigilante à l'avenir. Ses sous-entendus étaient trop précis pour que ce soit juste un coup de bluff dans le genre que des enquêteurs sous couverture pourraient utiliser pour pousser quelqu'un à faire une erreur et à se révéler. Cerise sur le gâteau, Miss Mystère avait bel et bien un badge ! Pourquoi m'était-il familier au fait ?

Oh ! Ça me revenait. Le type qui était passé à la télé ! Et puis ils en avaient beaucoup parlé dans le journal aussi … Ceux qui prétendaient pouvoir ramener l'ordre en ville. Comment ils se faisaient appeler déjà ? Ah oui, les Chevaliers des Ombres ... Ça m'avait bien fait rire, ils cherchaient sûrement à avoir l'air badass, mais c'était un nom tellement ... cliché, digne d'un mauvais roman, vraiment. Selon moi, c'était juste une bande de fanfarons qui se croyaient invincibles juste parce qu'ils pouvaient porter une arme. On se croirait presque de retour à l'époque de la Grande Chasse. Je n'en avais entendu que des histoires d'horreur à vous glacer le sang, mais c'est comme ça, quand on a ruiné l'héritage de la famille … Je préférais suivre les traditions sur ce coup et croire que les mesures mises en place par l'Enclave seraient suffisantes. Le mépris pour les sorciers métis ne pouvait pas s'étendre jusqu'à souhaiter notre mort quand même.

« Veuillez baisser la voix s'il vous plait ... Ce ne sont pas des accusations à faire à la légère. »

Je ne niais rien, mais si on pouvait éviter de rameuter tout le monde, ça m'arrangerait quand même … Ma voix restait calme, si je montrais que j'étais inquiète, elle aurait des raisons de croire qu'elle avait raison et que je cachais quelque chose de louche. De toute façon, je ne disais pas ça juste pour moi, pour préserver ma réputation ou je ne sais quoi. Les personnes qui venaient ici avaient le droit de profiter d'un moment de tranquilité. C'était souvent pour cette raison précise qu'ils venaient manger ici, pour fuir la monotonie du quotidien pendant le temps d'une petite pause. Je n'offrais pas juste du sucre. J'offrais du rêve. Avec un magnifique sourire aux lèvres en prime.

« Je ne fais rien de mal. J'essaie juste de rendre les gens plus heureux. »

Hm ... Ça pouvait porter à confusion ça. Il valait mieux apporter quelques précisions. Je ne lui dirais pas tout, évidemment, mais je ne lui mentirais pas non plus. J'avais encore un as dans ma manche. Dommage que je ne puisse pas récupérer les gâteaux maintenant, mais je pouvais en manger un, si c'était ce qu'il fallait pour la convaincre !

« Ma grand-mère fait des remèdes médicinaux ... Comment vous dites déjà ? Nature ... Non. Naturels ? J'essaie d'apprendre. C'est peut-être ça que vous sentez. Vous la connaissez peut-être puisque vous êtes pharmacienne ? Agatha Farrow ? Non ? »

Je pourrais lui faire le tour des lieux sinon, si ça pouvait la rassurer mais ... Est-ce que j'avais laissé traîner des trucs un peu bizarres ? Ce n'est pas comme si je recevais souvent des visiteurs ... Au pire, elle croirait sûrement juste que j'étais une fille bizarre qui s'intéressait à l'occulte, mais ça ne faisait pas de moi quelqu'un de dangereux, à ce que je sache. Je n'étais pas folle ou instable ! Je ... Je le prouverais !
Revenir en haut Aller en bas
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
Anzu Taena
Race : Lycan Alpha
Couleur : Orange
Avatar : Inconnu
Date d'inscription : 26/10/2015
Nombre de messages : 194
Emploi/loisirs : Etudiante/chercheuse/pharmacienne/chevalier des ombres en formation
Yens : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs / sorts / dons:
Objets utilisables en rp:
Anzu Taena
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeMar 17 Sep 2019 - 22:26
Elle savait pertinemment que beaucoup de personnes ne prenait pas cette organisation, dont elle faisait maintenant parti, au sérieux. En même temps, avec les opinions et les rancunes qui s'entrechoquaient comme des explosions massives, ça n'avait rien d'étonnant. On pouvait bien s'en moquer, il ne fallait pas pour autant les prendre à la légère. Pourtant, la jeune femme s'était montrée interdite face à cette déclaration, mais un léger tressaillement du sourcil avait quelque peu trahie son appréhension soudaine. Rien n'échappait aux yeux clairs de la jeune femme. Elle en avait donc bien entendu parler.

Anzu n'avait pas abandonné son intérêt pour sa boutique, toutefois, une tâche plus grande et encombrante lui incombait au delà de quelques sucreries aguichantes. Et elle n'était pas du genre à lâcher le morceau aussi facilement. En attendant, elle craignait tout de même de se montrer un peu trop directe mais à la réponse de la gérante, la louve discernait qu'elle ne daignait ni se dissimuler ni même approuver ses accusations. Anzu marchait donc encore en eau trouble, ne sachant pour le moment quelle position adopter. Devait-elle se montrer brutale comme elle en avait l'habitude ou bien avancer à tâtons, sans risquer de se faire jeter dehors ? Quand bien même, son interlocutrice ne ferait pas le poids face à sa sa force surnaturelle, la lycane n'appréciait pas imposer sa présence, surtout quand elle savait qu'elle gênait.

Mais il s'agissait là d'une autre paire de manche, et elle ne céderait décemment pas avant de lui arracher la vérité de sa gorge. Sa témérité naturelle l'amenait bien souvent à ne jamais céder un pouce de terrain même si parfois, il était nécessaire de lâcher du leste pour obtenir ce que l'on veut plus facilement. Tout était une question de tact, ce qu'Anzu ne maîtrisait pas forcément. Bien au contraire, son caractère vindicatif prenait assez souvent le dessus mais Kobayashi-san lui avait clairement intimé de travailler sur cette facette si elle souhaitait être comprise et par conséquent, respectée.

Délicatesse, délicatesse.

-Mes excuses. Je ne souhaite pas vous importuner et encore moins sur votre lieu de travail.

Toutefois, ça ne signifiait pas pour autant qu'elle repartirait la queue entre les jambes parce que quelques humains traînaient dans les environs. Elle lui reconnaissait au moins son flegme, alors qu'elle venait tout de même de lui soumettre son scepticisme par rapport à ces odeurs étranges qui flottaient dans l'air. Mais elle ne pouvait décemment pas tromper son odorat débridé, habitué aux effluves médicamenteuses naturelles ou chimiques. Cette atmosphère titillait son museau comme une plume chatouillerait ses narines.

-C'est tout à votre honneur. Mais quel rapport avec ces parfums suspects qui flottent dans l'air ? Vous en mettez dans vos produits ?

Allons bon, voilà qui paraissait encore plus saugrenue. Enfin, ça avait de quoi lui faciliter la tâche. Un achat puis un petit détour dans son laboratoire pour examen minutieux et c'en était terminé du secret qui planait dans les environs.

-Je suis une adepte des remèdes naturelles. Plantes, racines, insectes, huiles essentielles, algues... Et bien d'autres. Croyez-moi bien, je n'ai jamais senti quelque chose de semblable malgré mon large répertoire.

Pour avoir vécu la moitié de sa vie en forêt éloignée de tout, elle en connaissait un rayon sur la magie des matières premières, parfois bien plus efficaces que les moyens modernes qui tendaient à empoisonner le corps et même l'esprit. Bien que de bonne constitution donc sans réelle nécessité quant à sa condition de lycane, elle s'était pourtant toujours passionnée par les trésors que pouvaient offrir la nature si on savait les cueillir et les utiliser avec esprit.

-Non, je ne connais pas cette femme. Mais peut-être pouvez-vous m'éclairer par rapport aux ingrédients que vous utilisez ? Je suis curieuse de comprendre de quoi il peut bien s'agir.

L'étau se resserrait, doucement, avec subtilité, mais le sujet restait néanmoins intéressant. S'il y avait des choses qui échappaient à son expertise, elle était bien curieuse de savoir de quoi il en retournait réellement. Notre louve ne savait décemment pas résister à son intéressement pour les nouvelles choses.
Revenir en haut Aller en bas
Sorcier Métis - Expert
Miriam Farrow
Race : Sorcière
Couleur : #ee82ee
Avatar : Hana (Gate 7)
Date d'inscription : 04/01/2019
Nombre de messages : 41
Yens : 27
Miriam Farrow
Sorcier Métis - Expert
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeSam 12 Oct 2019 - 17:54
En essayant de lancer ma nouvelle cliente sur une autre piste moins incriminante, je m’étais finalement mis un peu plus dans l’embarras. Je secouai vivement la tête à sa question. Peut-être un peu trop vivement d’ailleurs. Quelle horreur ! Je ne mettrais rien de suspect dans mes confiseries. Parfois, mamie me donnait les gouttes restantes d’une potion de chance ou quelque chose du genre, tout à fait inoffensif. Les effets s’effaçaient dans les heures suivantes. Elle ne croyait pas vraiment que mon commerce réussirait à prendre son envol. Agatha avait de plus grandes aspirations pour sa petite-fille, mais on n’y pouvait rien, j’étais une métis, je ne pouvais pas trouver ma place parmi les miens. Moi, je n’arrivais à rien produire, probablement parce que j’avais déjà épuisé mes réserves de magie avec mes trois sorts. Ça ne veut pas dire pour autant que je souhaitais abandonner tout de suite, même si c’était peut-être mieux ainsi … Ils ne voulaient pas de moi.

« Je vis ici. C'est donc normal que des traces d'odeur puissent rester présente, je crois. Mais personne ne m'avait fait la remarque avant. »

Si j'avais eu une once de méchanceté, j'aurais probablement plutôt dit que personne n'avait émis de plaintes, pour l'accuser à mon tour. Ça n'aurait pas changé grand-chose, de toute façon. J'étais clairement sur la défensive, et pour cause, j'avais bel et bien quelque chose à cacher ! Je ne serais jamais venue dans cette ville obnubilée par le surnaturel si ce n'était pas pour mon stage culinaire, mais maintenant, je m'étais attachée à cet endroit, à mes petites habitudes, et à mes amis. Ma dernière chance de détourner vraiment la conversation s’envola en fumée. Je n'avais pas de chance, cette fille était très calée dans son domaine, c'était évident. La possibilité que tout cela soit juste un superbe coup de bluff ne me traversa pas l'esprit une seule seconde. Qu’est-ce qu’on est supposé faire, quand la vérité menace de voler aux éclats ? Est-ce que je devais m’enfuir ? Appeler mamie à la rescousse ? Je passai mes mains contre mon tablier, elles étaient moites sous la nervosité. Je pouvais me protéger d’une attaque physique et l’empêcher de me toucher, mais ce serait au prix du secret. Ma respiration s’accéléra légèrement. Elle allait me faire du mal. Elle allait me faire du mal. Non, elle ne pouvait rien faire sans preuves ! Je jetai un regard rapide vers les clients, mais il ne restait qu’un vieux monsieur, très gentil, mais il ne pourrait rien pour moi. Mon désespoir ne fit que s’agrandir lorsqu’il passa la porte en nous saluant, soulevant son chapeau. Un léger rictus s’étira sur les lèvres de l’enquêtrice qui me faisait face. Elle avait gagné maintenant. Nous le savions toutes les deux. D’une façon ou d’une autre, elle irait au fond des choses, même si pour ça, elle devait mettre l’endroit sans dessus dessous et forcer la porte. Elle n'allait tout de même pas goûter les cupcakes qu'elle avait acheté pour vérifier leur composition, si elle me soupçonnait de faire des trucs louches, pourtant, je suis sûre que ça l'aurait calmé, et ça aurait peut-être pu la rassurer sur toute cette histoire. Non, c'était la fin ! Même mon optimisme à toute épreuve avait ses limites.

« Ne me faites pas fermer. Pitié. Je ne fais rien de mal ! Je n’ai … rien d’autre ... »

Je m’écrasai sur ma chaise, tout mon corps tremblait comme une feuille et mes jambes étaient incapables de me porter plus longtemps. Je cachai mon visage derrière mes mains, de grosses larmes menaçant de s’échapper de mes paupières, mais ma vision commençait déjà à se troubler de toute façon, sous le manque d'oxygène. Qu’est-ce que j’espérais, au juste ? Elle allait continuer à douter de moi et me juger. Je connaissais l’histoire ! J’étais une étrangère. J’avais essayé de rebâtir mon univers en coupant tout lien avec mon passé mais … Peut-être que mon père avait raison, en fin de compte. Je n’étais bonne à rien, et les gens, ne changent pas. Je me crispai un peu plus en sentant cette femme approcher, me rabattant sur moi-même, priant pour qu’elle ne me touche pas, qu’elle me laisse tranquille. Je n’avais rien demandé de tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
Anzu Taena
Race : Lycan Alpha
Couleur : Orange
Avatar : Inconnu
Date d'inscription : 26/10/2015
Nombre de messages : 194
Emploi/loisirs : Etudiante/chercheuse/pharmacienne/chevalier des ombres en formation
Yens : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs / sorts / dons:
Objets utilisables en rp:
Anzu Taena
Lycan Alpha - Meute Taena-Lacroix
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeMar 15 Oct 2019 - 16:34
La lycane voyait que ses questions l'indisposaient. Malgré ses efforts pour rester stoïque, la gérante se révélait être une femme finalement très spontanée. Elle avait balancé rapidement sa tête de gauche à droite, et de droite à gauche, avec un dégoût non dissimulé quand elle émit l'hypothèse qu'elle trafiquait les denrées de ses clients. Les ingrédients inconnus qu'elle utilisait avaient peut-être seulement un effet sur les malheureux lycans qui avaient l'envie d'une pâtisserie. Une arme biologique qui n'aurait d'effet que sur ses congénères, afin de faire le tri avec les autres espèces. Sournois, vicieux. S'il s'agissait vraiment de ça, elle ne pourrait se montrer qu'admirative -ou écœurée- de cette réussite pour arriver à pourfendre le métabolisme puissant de sa race. Toutefois, il ne fallait pas non plus tirer de conclusions trop hâtives. Pour le moment, elle ne disposait d'aucune preuve tangible. Néanmoins, si cette femme était capable d'une telle prouesse, elle s'avérerait être un danger terrible qu'elle n'hésiterait pas une seule seconde à neutraliser et d'envoyer au tapis pour lui faire cracher des noms.

Si personne ne lui avait fait la remarque avant, cela pouvait s'expliquer soit par l'inattention soit par leur incapacité à détecter des odeurs avec une précision extrême. Ses excuses bafouillées entre deux tentatives de défense ne la disculpaient aucunement. Anzu savait disséquer les différentes effluves de cet endroit, alors elle pouvait bien tenter de les expliquer, ça n'aura aucun impact.

Mais plus la louve serrait la corde autour de son cou, plus son interlocutrice se fermait comme une huître en se recroquevillant sur son corps déjà frêle. Ses épaules tombaient légèrement en avant tandis que son regard touchait le sol. De plus, lorsque les gens se sentaient nerveux, ils avaient pour instinct commun de passer leurs mains sur leur pantalon ou leur jupe pour se détendre. Et c'était très exactement ce qu'elle faisait. Le rythme de sa respiration passa une vitesse supérieure, moins assurée, alors qu'elle guettait maladroitement si quelqu'un pouvait lui venir en aide. Malheureusement pour elle, le seul client présent s'éclipsa gentiment.

Elle se trouvait maintenant seule, avec cette alpha déterminée qui croisait ses bras sur sa poitrine en la toisant de son regard vivace. Mais alors qu'elle s'apprêtait à relancer les hostilités, sa bouche se referma immédiatement sans lâcher un mot, légèrement décontenancée. Qu'est ce qu'elle racontait ? Serait-ce donc un aveu de culpabilité ou s'agissait-il de bien autre chose ? Elle parlait de sa boutique alors qu'elle lui énonçait une affaire de virus qui tuait les siens et les autres, le degré de gravité n'était pas le même bon sang !

D'un coup, elle tomba sur une chaise comme si ses forces l'abandonnaient. Si ça, ce n'était pas une attitude de coupable, qu'est ce que c'était d'autre ? Une manière d'essayer de la duper en feignant les grosses larmes de crocodile et l’apitoyer ? Mais son teint devenait si pâle qu'elle se doutait que ce ne fut pas une comédie grotesque. Mais alors pourquoi une telle réaction, aussi forte et excessive ? Avant de la traîner par les cheveux hors de la boutique, Anzu en profita alors pour se déplacer derrière la boutique sans demander son reste. Elle passa la porte battante et ne vit rien de suspect à première vue. Toutefois, elle inspecta minutieusement chaque étagère, dirigé par son odorat sélectif. Celui-ci lui intima que l'odeur étrange provenait d'un étalage, mis bien en hauteur pour en décourager l'accès. Ce qui ne fut pas un grand obstacle pour la lycane qui s'empara de la première fiole qui lui tomba sous la main. Il n'y restait que quelques gouttes d'une couleur verdâtre quasiment fluorescente. Puis une autre, cette fois-ci rose fushia flash. Puis rouge sang. Ces ampoules en verre contenaient bien une liqueur étrange. Quand bien même elle devinait d'autres fioles de ce type dissimulées quelque part, ces échantillons lui suffirent amplement.

Rapidement, elle refit surface dans la pièce d'un pas déterminé. Arrivée à hauteur de la table, elle prit une chaise à son tour. Un soupir s'échappa et elle s'assied tranquillement en face de l'inculpée en déposant ses trouvailles sur la table pour confirmer ou dissiper ses doutes.

-Je serais claire avec vous. Avança t-elle sèchement. Je vous soupçonne de manipuler des matières inconnues comme une solution biochimique qui servirait à modifier les cellules de mes congénères. Nous, les lycans, avons un métabolisme paré aux maladies les plus mortelles que l'humanité ait connu. Il est donc très délicat qu'une machination soit capable de détériorer à ce point notre organisme, en plus de nous soutirer nos capacités cognitives. Parce que cette connerie fait de nous, de simples bêtes impulsives, ravagées et dépourvues de conscience, soit à l'image de ce que nous détestons avoir aux yeux des autres. Mais plus encore, ils commettent des crimes ignobles malgré eux.

Elle marqua une courte pause.

-Alors si vous êtes mêlée à ce trafic, dites le moi. Même en tant que marionnette de l'organisation qui vous le demande, je vous prie de me l'avouer. Je saurais me montrer indulgente, quitte à vous offrir une couverture pour vous protéger. Mais si vous avez commis ces horreurs par acquis de conscience, en toute impunité, là je risque de me montrer moins humble.


Elle attendit un temps avant de poursuivre, elle ne voulait pas non plus se montrer trop abrupte. A vrai dire, elle détestait devoir se comporter de cette manière mais il en valait de sa condition fragilisée par les événements, qui la mettaient à cran. Et pour avancer, tous les moyens étaient bons, même l'intimidation. Il en valait de son statut de cheffe de meute que de protéger sa patrie et de son honneur.

-Si vous me promettez ne rien à voir avec ces sales affaires, je prendrais une de ces fioles comme souvenir pour les soumettre à une analyse. Si vous n'avez rien à vous reprocher, je suppose que vous n'y verrez aucun inconvénient.

Elle attendit, mais les mots semblaient être trop durs à prononcer tant elle peinait à avaler sa propre salive. Anzu se cala donc contre son dossier en croisant les bras. Finalement, elle avait peut-être moyen de détendre l'atmosphère tout en dissipant sa suspicion.

-A moins que ce ne soit autre chose ? Je vous accuse ouvertement et la seule chose que vous trouvez à me dire, c'est « Ne fermez pas mon magasin ». Si vous avez réellement un rapport avec ces malades mentaux, je me verrai dans l'obligation de traîner votre égoïsme sur le bitume pour sortir de tels propos. Mais si ce n'est pas le cas, alors, pourquoi une telle réaction ? Je n'en ai pas après votre boutique, ni même après vous personnellement. Je tiens seulement à préserver les miens. C'est tout. Il en va de mon rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Sorcier Métis - Expert
Miriam Farrow
Race : Sorcière
Couleur : #ee82ee
Avatar : Hana (Gate 7)
Date d'inscription : 04/01/2019
Nombre de messages : 41
Yens : 27
Miriam Farrow
Sorcier Métis - Expert
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitimeSam 2 Nov 2019 - 17:07
Seule. Le chaos pouvait enfin retrouver un semblant de calme. Bien entendu, c'était un calme illusoire. Je savais qu'elle reviendrait. Mais cela a toujours été la définition du bonheur, celle que j'ai apprise, en tout cas. On le crée au creux de ses mains.

Je tendis la main vers le sac abandonné sur le comptoir pour manger un des cupcakes. Le sucre m'offrait un peu de baume au cœur. J'essuyai mes doigts contre mon tablier sans vérifier s'il me restait un peu de glaçage rose collé aux lèvres, puis je tapotai distraitement sur mon téléphone pour faire jouer la vidéo dans laquelle Melissa me chantait un bon anniversaire. Le premier passé sans elle. Ma soeur me manquait terriblement. Elle, elle aurait su quoi faire. Les dernières notes jouèrent exactement au moment où le calme fut rompu. Cette cliente effrayante était de retour, avec des « preuves » à la main. Quelqu'un de plus brillant aurait profité qu'elle tourne le dos pour prendre la fuite, je crois. Mais je n'avais nulle part où aller. Alors je devais me prendre ces accusations en plein visage.

« Je ne comprends rien à ce que vous me dites ... Je ne sais même pas c'est quoi, un lycan ! Tout ce que je sais, c'est que sans cette boutique, ma vie n'aura plus aucune utilité, elle n'aura plus de sens. »

Après tout, même si je lui disais que je n'étais pas chimiste, elle ne me croirait pas. Je voulais juste essayer de comprendre où j'avais commis une erreur pour que la mixture prenne cette horrible couleur verdâtre. Les potions étaient supposées être inodores aussi, sauf si elles étaient particulièrement fortes. J'aurais mieux fait de me débarrasser de tout ça. Dire non à ce défi. Dire non à mamie. Dire non tout simplement. Mais je n'avais jamais été douée pour imposer mes limites. La dernière fois, ça m'avait conduit aux portes de la mort. Pourtant, j'étais incapable d'apprendre la leçon, il semble bien. Je préférais sourire et voir le bon côté des choses. Mais en ce moment … En ce moment, il n'y avait aucune issue qui s'offrait à moi et la lumière commençait à quitter lentement mon cœur. Mais au lieu de redevenir pâle comme un linge et de faire un malaise à cause de mon anxiété, c'est l'hystérie qui me gagnait. Cette femme … Elle ne voulait même pas m'écouter. Alors à quoi servait-il de dire non ?

« Vous ne pouvez pas me protéger. »

Personne ne pouvait me protéger. Que pourrait-elle faire ? Cette inconnue hostile. Cette femme ne savait pas. Elle ne savait rien. Les humains avaient vécu tout ce temps dans l'ignorance. Simplement, ils croyaient nous avoir tué jusqu'au dernier, ou bien, ils ne connaissaient pas même que les sorciers avaient déjà existé en dehors de leur imagination. Mais cette femme n'était pas humaine n'est-ce pas ? Elle l'avait avoué en toute confiance. J'aurais aimé pouvoir faire la même chose. Est-ce que ça changeait vraiment quelque chose ? Les sorciers ne m'avaient jamais protégé, eux non plus. Pas contre mon père. Certainement pas contre mes peurs beaucoup trop nombreuses pour les compter. Pourtant, j'étais sûre qu'ils me surveillaient, mais ce n'était sûrement pas avec des intentions louables. Une métis qui côtoie des humains peut être un danger potentiel, à leurs yeux.

« Et vous ne pouvez pas repartir avec ça ! Mon sort n'a pas d'importance, vous ne comprenez pas ... Ils vont venir. Ils vont vous faire tout oublier. Ils me réserveront sans doute un sort bien plus terrible. Ils méprisent les gens comme moi ! »

Elle ... Elle était pareille, elle n'était pas différente ! Elle venait ici et me menaçait alors que je n'avais rien demandé. Je lui avais souri gentiment. Je lui avais vendu mes confiseries. Cruelle. Injuste. Je reniflai bruyamment, mais je laissai mes larmes couler abondamment, noyée dans ma propre détresse. Pourquoi est-ce que je me dressais encore sur son chemin ? J'allais souffrir. Pourquoi est-ce que j'essayais de lui expliquer puisque je n'avais le droit de rien dire ? Je ne contrôlais plus rien. Les objets autour de nous commençaient à s'agiter dangereusement. Ils risquaient de voler dans tous les sens bientôt. Les fioles que la cliente tenait furent les premières à lui échapper des doigts pour se fracasser au sol, une légère fumée s'en élevant. Il ne manquait plus que la porte se mette à claquer dans un bruit presque lugubre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018   Une  sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018 Icon_minitime
Revenir en haut Aller en bas
 
Une sensation d'arrière-goût dans une avalanche de sucre (PV Miriam) 26.05.2018
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Knights RPG :: Centre de Nakanoto :: Quartier commerçant :: Magasins :: Petits Magasins :: Dédale des Délices-
Sauter vers: