Partagez | 
 

 Quand Elisabeth découvre son nouvel environnement... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 09/04/2017
Nombre de messages : 11
Yens : 15
avatar
A Posé ses Valises
MessageSujet: Quand Elisabeth découvre son nouvel environnement... [libre]   Dim 23 Avr 2017 - 11:11

La nuit s’était installée, enveloppant les contours d’obscurité. Le ciel paré de ses étoiles ne semblait pas pouvoir illuminer le cœur de la forêt où je marchais depuis quelques minutes.

Le chemin avait été long pour venir jusqu’ici : plusieurs heures de bateau pour rejoindre les côtes japonaises, puis plusieurs heures de train et de bus. J’aimais voyager comme les humains, pour profiter des paysages qui défilaient plus ou moins vite selon le mode de transport. Cela m’impressionnait toujours de voir comme la perspective d’un lieu pouvait changer suivant l’angle sous lequel on le regardait. Le prisme de la vie, en quelque sorte… Et puis, ma mère me coupant les vivres dès que je partais trop longtemps (enfin d’après son point de vue, comme si j’allais du coup rentrer ventre à terre, la queue entre les pattes), c’était quand même beaucoup plus économique.
J’étais descendue à quelques arrêts de Nakanoto, pour me dégourdir les jambes et m’imprégner des environs de la ville. Elle semblait bien tranquille en ces heures tardives. Peu de personnes dans les rues, un calme omniprésent qui m’apaisait après le bruit constant des roues de métal ou de gomme. Il me fallut une bonne heure à pas tranquilles pour voir les délimitations de la ville. Si je n’avais pas appris ce qu’il se tramait ici avant de venir, jamais je n’aurais pu le soupçonner. Pourtant, une école de vampires se trouvait non loin, et si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, tout avait basculé peu de temps auparavant. Malgré l’astucieux système des bloodtablets, les humains avaient appris l’existence de notre race.  Aussi, il fourmillait ici des Hunter, et cette peste de Lycan. Non mais quelle idée de créer des créatures pareilles.

Je soupirais, puis inspirais. L’air frais et légèrement humide s’engouffra dans mes poumons et je fermais les yeux. J’avais l’impression d’être le être vivant à des kilomètres à la ronde.
Après avoir fait un tour rapide dans la ville, me disant que j’aurais tout le temps de l’explorer plus en profondeur plus tard, je sortis le papier avec un plan détaillé pour trouver mon chemin. Ma demi-sœur avait choisi, avec sa colocataire de l’époque, une maison à l’écart de la ville pour faire grandir ses enfants. Je marchais donc encore, m’enfonçant plus dans la forêt. Enfin, je vis apparaitre l’imposante demeure. Le moins que l’on pouvait dire, c’était qu’elles n’avaient pas fait les choses à moitié ! Un petit manoir victorien, rien que ça. Dans la nuit noire, l’endroit paraissait imposant, et j’imaginais sans crainte que les petits humains ne devaient pas oser s’approcher tant il ressemblait à un « manoir fantôme ».
Sortant la clé, je montais sur le perron et ouvris la porte. Je n’avais pas tellement besoin d’allumer la lumière pour me diriger, mais j’appuyais tout de même sur l’interrupteur. Abandonnée depuis un moment, la maison était pourtant en très bon état : tout était rangé au rez-de-chaussée, et baignées dans la lumière artificielle, la chaleur que ces pièces avaient pu dégager à une époque me saisit. Ne m’attardant pas plus que nécessaire, je posais mon sac de voyage et m’écroulais dans le canapé qui faisait face à la cheminée. Aussitôt, le sommeil accueillit.

Le soleil pointait le bout de son rayon lorsque je rouvris les yeux. Je décidais de me prendre une douche et de me changer, avant de partir à la rencontre de cette fameuse école qui avait totalement transformé une ville. Suivant d’autres indications, je me retrouvais rapidement devant les grilles de l’établissement. « Alors voilà l’endroit où la vie de ma sœur à basculée plus d’une fois » pensais-je. Une brève hésitation, puis finalement je décidais d’entrer dans l’enceinte de l’école. Avais-je vraiment le droit d’être ici ? Si je croisais des élèves, allaient-ils penser que je suis une nouvelle ? Et allais-je tomber sur des personnes qui connaissaient Denna, ou Mogariane, ou peu importe son nom à ce moment-là ? Je décidais de me diriger en premier lieu vers ce qui semblait être un parc.
Ma nouvelle aventure commençait ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Sorcier
Couleur : [color=gold]Gold[/color]
Avatar : Gilbert - Pandora Hearts
Date d'inscription : 22/11/2016
Nombre de messages : 120
Emploi/loisirs : Antiquaire
Yens : 112
avatar
Squatte le Balcon
MessageSujet: Re: Quand Elisabeth découvre son nouvel environnement... [libre]   Ven 12 Mai 2017 - 11:57

HRP:
 

Parfois, Shinji se demande si le Secret n’a pas une dent contre lui. Certes, en tant que sentinelle, il se doit de surveiller toutes les activités suspectes et de les rapporter ; de garder un œil et une oreille sur les humains ; d’alerter si jamais certains assistent à des démonstrations magiques ou traînent trop près de leurs activités de sorciers. Mais ces derniers temps, il ne cesse d’être envoyé d’un bout à l’autre de la ville. Il n’est pas la seule sentinelle ; il y en a d’autres qui se battraient presque pour remplir une mission pour le compte du Secret. Shinji sait qu’on a beaucoup venté ses mérites à son supérieur, mais tout de même… Il suspecte sa sœur de faire tout son possible pour l’empêcher d’avoir une minute à lui, de peur qu’il ne les utilise pour retrouver Alyssa. Elle n’a pas tort ; c’est ce qu’il ferait, si seulement il en avait le temps… Car entre les missions du Secret et les services demandés par Thomas, son « second » supérieur actuellement, il n’a pas vraiment le temps de souffler. Car bien sûr il est souvent au magasin ; il faut bien faire vivre son commerce. Et la dernière lubie du Secret a été de l’envoyer requérir des informations dans l’université. Rien que ça.

D’un côté, Shinji comprend la logique ; cette école est réputée tant par la diversité des disciplines enseignées que par les rumeurs qui courent sur ses résidents… Il semblerait que ce soit une concentration de créatures surnaturelles. Même certains sorciers y sont inscrits, certains en mission, d’autres de leur propre chef pour ce qu’on appelle « le rite de passage », cette tradition qui veut qu’on se fonde dans la masse des humains pendant plusieurs années afin de prouver qu’on peut cacher son existence à cette vieille race ennemie. Mais justement, pourquoi le Secret ne s’est-il pas adressé à l’un d’eux ? Il y a fort à parier que ces sorciers de faction depuis plus longtemps que lui ont plus d’informations… Enfin, le jeune homme suppose qu’il doit aussi recueillir des informations auprès d’eux. Il regarde la liste des sorciers qui ont investi les lieux. Certains sont membres du personnel, voire enseignants, d’autres sont étudiants. Shinji soupire. Il va passer ses prochaines heures à courir d’un bout à l’autre du campus. Tout en restant discret… ce qui ne serait pas une mince affaire, vu qu’il n’a officiellement rien à faire dans cette école.


Dieu que cette école est immense… Elle n’en a pas l’air de l’extérieur, mais une fois qu’on se trouve dans son enceinte, c’est une véritable cité dans une ville. Ce n’est pas pour rien que les humains l’appellent « cité universitaire ». Shinji a du se perdre une bonne dizaine de fois, malgré le plan fourni par son supérieur. Enfin au moins il a réussi à rencontrer presque tous les sorciers en faction. Seulement maintenant, il fait déjà nuit et il est épuisé. L’avantage, c’est qu’il ne manque pas d’ombres dans lesquelles se fondre. L’inconvénient, c’est que s’il croise quelqu’un il risque d’avoir du mal à expliquer sa présence ici, tard le soir, d’autant plus qu’il n’a rien à y faire. Officiellement. Sa magie Via Umbrae -le sort lui permettant de voyager dans les ombres- lui offre la vision d’un espace vert en périphérie de l’école. Il décide d’en sortir pour se poser un peu. Il a bien mérité un quart d’heure pour souffler… Juste un peu, avant de repartir pour l’appartement de son magasin. Parce que lancer un sort à répétition pompe dans ses réserves magiques et ça l’épuise, à force.

Shinji s’assoit sur un banc, les bras croisés, et le dos appuyé contre le dossier, il prend le temps de faire le point sur sa journée. Déjà, la plupart des sorciers de l’université s’accordent sur un point : il n’y a pas que des humains qui la fréquentent. Ils n’ont aucun moyen de vérifier leurs soupçons, mais Shinji pense comme eux. Il est fort probable qu’un certain nombre de vampires s’y baladent. Un sorcier a même cru reconnaître un lycan. Il n’a en revanche aucune information concernant les changelins. Les changelins… ses pensées vagabondent vers Morikawa Sawa, et bien sûr le jeune Tanaka Zuko. Sa rencontre avec ce dernier était d’ailleurs mémorable… Il semblerait que le destin s’amuse à l’obliger de se dévoiler à tout va. Au fil de ses pensées, ses yeux se ferment et il finit par s'endormir.

C'est la lumière du jour et les chants d'oiseaux qui le réveillent tôt le matin. Il est surpris de s'être assoupi au beau milieu d'un parc. Il devait vraiment être épuisé... Il doit être plus vigilent sur la fréquence de ses sorts. Il inspire profondément et pousse un long soupire, ouvre les yeux, s'étire légèrement, puis lève le regard. Et sursaute violemment quand il s’aperçoit de la présence d’une inconnue.

Depuis combien de temps est-elle là ? Il ne l'a pas entendu approcher ; il devait vraiment bien dormir. Il n’a pas senti sa présence avant de la voir. Le cœur battant, il se contente de l’observer en silence, le regard méfiant. Ses yeux encore bouffis doivent s'habituer à la lumière, donc il met un temps à distinguer précisément ses traits. Elle n'a pas l'air d'être d'ici. Il espère soudain qu'elle ne l'a pas vu "arriver"... avant de se souvenir que c'était la veille. Depuis combien de temps est-elle ici ? Mais il n’est ni assez sociable, ni assez à l’aise avec les autres pour engager la conversation –car c’est ce que voudrait la bienséance, non ? De nervosité, il lisse son long manteau noir sans la quitter des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Humaine
Couleur : #cc99ff
Avatar : Rei Hino (Sailor Moon)
Date d'inscription : 26/01/2017
Nombre de messages : 23
Emploi/loisirs : Miko / Etudiante
Yens : 35
avatar
A Posé ses Valises
MessageSujet: Re: Quand Elisabeth découvre son nouvel environnement... [libre]   Lun 15 Mai 2017 - 16:00



Quand Elisabteh découvre son nouvel environnement

Feat Elisabeth Kawakami, Shinji Tsukishima & Kei Manaku (Libre)

Je m’étais levée assez tôt aujourd’hui afin d’aider mon père au temple. Dure était la vie d’une Miko étudiante. Il fallait souvent se lever aux aurores afin d’effectuer mes tâches quotidiennes : Prier, balayer, préparer le temple pour les visiteurs. Ensuite seulement, je me préparais pour mes cours en m’habillant. Une fois habillée, mon cartable en main, je souhaitais une bonne journée à mon père et je me rendais gaiement jusqu’au campus de la ville.

Aujourd’hui, par contre, le soleil n’était même pas encore levé que j’avais déjà terminé mes tâches. M’étant réveillée relativement tôt à cause d’un cauchemar, je me suis décidée à sortir du lit pour me préparer et m’occuper l’esprit. Bien que je me m’en rappelai très vite pu, le sentiment et les sensations que ce dernier m’avait procurés semblaient rester ancrés dans mon cœur et dans ma tête. Bien sûr, pressée de les chasser, je m’étais mis à l’ouvrage malgré l’heure matinale et avait fini de faire ce que j’avais à faire bien avant que les premiers rayons ne soient présents.
Décidant qu’il était absurde d’attendre longuement, je m’étais tout de suite rendue dans ma chambre afin de me changer et de préparer mon sac pour partir. Comme il n’était pas prévu qu’il pleuve aujourd’hui, je m’habillais d’une légère robe d’un rose très accompagné d’un gilet noir pour couvrir le froid matinal.

Les rues de Nakanoto étaient relativement calmes. Ceci dit, il y avait peu de monde qui se promenait en ville à l’aube. Il y avait déjà un peu plus de monde du côté du campus. Mais je savais que certains étudiants aimaient profiter de l’ouverture très matinale de la bibliothèque pour y travailler. Avançant à travers le campus, je m’amusais à observer les quelques couleurs qui se trouvaient déjà sur les lieux. Du vert, du bleu, du violet… Je fus surprise par la présence d’un peu d’orange et d’un rien de rouge aussi. En tout cas, j’appréciais énormément le mélange de couleurs qui s’offrait à moi. Et c’était principalement la raison pour laquelle j’aimais observer la foule.

Etant donné qu’il était encore relativement tôt, je me décidais de me rendre dans un parc situé non loin. Cela me permettrait de me reposer un peu, de profiter de l’air frais et même d’avancer un peu sur le dernier livre que je lisais actuellement. Cependant, deux auras attiraient mon attention une fois que j’avais mis les pieds dans l’espace vert et je me dirigeais vers elle. La première était d’un rouge intense et émanait d’une jeune femme que je trouvais très belle. Je ne voyais pas les traits de son visage, me trouvant dans son dos, si bien que je me fiais juste à l’impression de chaleur de son aura dégageait.
A côté se trouvait l’homme propriétaire de l’autre aura. Ce dernier semblait froid et mystérieux. Son aura, elle, était violette, petite et terne. Elle me faisait penser à une petite flamme prête à s’éteindre au moindre coup de vent et cela me rendait triste. Je décidais alors d’avancer encore un peu, signalant ma présence…

"Flammes"

© Etilya sur DK RPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/04/2017
Nombre de messages : 11
Yens : 15
avatar
A Posé ses Valises
MessageSujet: Re: Quand Elisabeth découvre son nouvel environnement... [libre]   Sam 27 Mai 2017 - 22:49

Tout était paisible autour de moi, à croire que j’étais seule dans cette partie du monde. Tandis que je déambulais, je me demandais par où j’allais bien pouvoir commencer mes recherches. Y avait-il beaucoup de ces créatures immondes, le lycans ? Et quelles autres bizarreries pouvaient bien être dissimulées dans cette petite ville aux allures tranquilles ? Ma sœur m’avait fait part de la situation qu’elle connaissait en partant, mais qui pouvait savoir comment et à quel point la situation pouvait avoir dégénérée depuis ?
Non, ne pas penser au pire. Après tout, les choses s’étaient peut-être arrangées maintenant ! Les vampires avaient surement repris « leurs droits » et « sécurisé la zone » ! Bon, l’optimisme n’était vraiment pas mon fort…

J’inspirais profondément et l’air frais qui entra dans mes poumons dissipa mes angoisses naissantes.
« Une chose à la fois Eli, prends déjà tes marques et… » Mes pensées s’arrêtèrent net. Quelle était cette odeur ? Je me croyais seule à déambuler, mais vraisemblablement, je ne l’étais pas. Une brise de vent me confirma la présence de quelque chose d’inconnu. C'était humain, mais bizarre.

Piquée par la curiosité, je décidais de suivre l’odeur jusqu’à me retrouver à quelques mètres d'un jeune homme profondément endormit. Drôle d’endroit pour faire un somme… Enfin, je ne serais pas la seule farfelue du coin.
N’ayant rien à faire d’autre pour le moment, et voulant reposer un peu mes jambes, je décidais de m’assoir sur l’herbe et d’attendre que la belle aux bois dormants ne se décide à se réveiller (sans le baiser du prince charmant). Ce garçon semblait bien jeune et bien sombre, et cette odeur particulière m'intriguais. Les Hunters ne sentaient pas ça... Là, ça me chatouillait le nez, pourtant c'était définitivement un humain... Bizarre autant qu'étrange. Était-il l’un des étudiants de cette école ? Peut-être pourrait-il me renseigner sur l'état actuel de la situation à Nakanoto une fois réveillé.

Au bout d’un moment, le jeune homme finit par ouvrir les yeux. Il parut surprit de me trouver là et je sentis aussitôt sa méfiance. Son regard était encore endormi, mais je pouvais imaginer ses sens aux aguets. Il ne me lâchait pas du regard et lissât son manteau, comme d’un geste nerveux, comme pour se calmer ou se rassurer. Ne voulant pas l’effrayer, je décidais de rester assise et de le saluer.

« Bonjour, je m’appelle Elisabeth » dis-je, butant un peu sur la prononciation de mon prénom. Ah oui, je n’avais pas tellement pensé à ça en débarquant : le japonais était peut-être la langue de mon père, mais je ne l’avais pas connu et parlais somme toute assez basiquement par rapport aux natifs. Heureusement, les quelques semaines passées avec ma sœur, ma nièce et mon neveu m’avaient été bénéfiques.
« Tu es étudiant ici ? Je viens d'arriver en ville... J'avais entendu parlé de cette école mais je ne pensais pas m'y perdre en m'y aventurant!" Dis-je d'un ton léger pour le dérider. J'avais essayé de détendre l'atmosphère, mais sans grande conviction sur la réussite de la manœuvre.

Je n’eus pas le temps de juger sa réaction que déjà je sentais une seconde présence en approche. Cette fois c'était sans aucun doute une humaine. Je la laissais s’approcher un peu avant de me retourner, toujours assise, appuyée sur un bras. Elle était vêtue d’une robe rose pâle et d’un gilet noir. Cela lui allait bien, mais sans savoir pourquoi, peut-être à cause d’une effluve discrète,  je l’imaginais bien en kimono. M’avait-elle entendue en arrivant ? Dans le doute, je me présentais de nouveau.
« Eh bien, les gens sont bien matinaux par ici ! Moi, c’est Elisabeth. »
Ma première journée commençait bien et me promettait d’être riche en émotions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand Elisabeth découvre son nouvel environnement... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand Elisabeth découvre son nouvel environnement... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Knights RPG :: Campus Universitaire :: Extérieurs-